Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Au Royaume-Uni, Sees.ai va faire voler des drones hors du champ de vision de l'opérateur

La start-up britannique Sees.ai, qui développe une solution de gestion et de contrôle à distance des drones, vient d'obtenir l'autorisation des autorités britanniques de mener des tests de drones volant hors du champ de vision de l'opérateur. La pépite peut mener ces essais sur trois sites sans avoir à demander au préalable une nouvelle autorisation.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Au Royaume-Uni, Sees.ai va faire voler des drones hors du champ de vision de l'opérateur
Au Royaume-Uni, Sees.ai va faire voler des drones hors du champ de vision de l'opérateur © sees.ai

Un drone doit rester dans le champ de vision de son opérateur. Une contrainte importante qui limite les déploiements à grande échelle de ces appareils dans le cadre de services de livraison, de logistique ou de maintenance. Au Royaume-Uni, la Civil Aviation Authority (CAA) a autorisé ce mardi 20 avril 2021 une start-up à mener des opérations avec des drones volant hors du champ de vision de son opérateur, ou BVLOS pour "beyond visual line of sight".

Des tests sur trois sites
La jeune pousse Sees.ai, qui développe une solution de gestion et de contrôle à distance des drones dans des environnements industriels et urbains, est la première entreprise britannique à obtenir cette autorisation. Concrètement, Sees.ai va pouvoir mener des tests sur trois sites sans avoir à demander une nouvelle autorisation avant chaque vol. Une limite très contraignante pour les entreprises qui souhaitent mener des expérimentations à grande échelle.

Dans un premier temps, Sees.ai veut tester sa solution dans des environnements industriels pour des missions d'inspection, de surveillance et de maintenance. L'idée est de prouver la sécurité de son système avant d'envisager d'autres missions. Les drones contrôlés par Sees.ai pourront s'élancer à 45 mètres de hauteur maximum. Pour commencer un observateur va garder le drone dans ligne de vue et doit être en capacité de communiquer avec le pilote à distance si nécessaire. Le but est de retirer cet observateur au cours des tests.

Etablir des critères d'autorisation
Ces tests sont menés dans le cadre d'un projet plus large tendant à valider ces opérations et les autoriser plus largement. Les données recueillies lors de ces vols d'essai seront utilisées pour évaluer le succès des opérations et déterminer si les évaluations des risques et des dangers réalisées peuvent être utilisées pour couvrir les risques génériques au-delà de ces trois sites d'essai. Déterminer les critères à remplir pour autoriser de telles opérations est une étape essentielle pour permettre le déploiement à grande échelle de ces opérations de drone hors du champ de vision de leur opérateur.

"Nous nous dirigeons vers un avenir où les drones volent de manière autonome à grande échelle, avec des avions habitée au-dessus et des sites industriels, des banlieues et des villes au-dessous", a commenté John McKenna, CEO de Sees.ai, dans un communiqué. Autoriser le fonctionnement de drones circulant hors du champ de vision de l'opérateur permettra par exemple de déployer des services de livraison à grande échelle mais aussi des services de maintenance ou de surveillance sur des sites industriels.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.