Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Facebook aurait mis au point une infrastructure de paiement 7 fois plus rapide que celle du réseau Visa

Vu ailleurs Si le projet de portefeuille numérique Novi se fait actuellement discret, Facebook poursuit ses travaux sur sa monnaie numérique. En témoigne un document interne qui revient sur les progrès faits par le système de paiement imaginé par le réseau social.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Facebook aurait mis au point une infrastructure de paiement 7 fois plus rapide que celle du réseau Visa
Facebook aurait mis au point une infrastructure de paiement 7 fois plus rapide que celle du réseau Visa © Facebook

Novi, le projet de monnaie numérique de Facebook (ex-Calibra), ne défraie plus la chronique, mais la firme américaine poursuit ses travaux sur le sujet, obtenant selon le site spécialisé VentureBeat des résultats plutôt significatifs.

Un paiement en moins de 100 millisecondes
Le média américain a pu consulter un document interne, baptisé AFT '20, et rédigé par une équipe de la division Novi. Il révèle que cette technologie maison pourrait permettre la confirmation d’un paiement intracontinental en moins de 100 millisecondes, et endosser plus de 80 000 transactions par seconde avec jusqu'à 20 autorités de paiement différentes.

Baptisée FastPay, cette infrastructure a pu être testée sur Amazon Web Services, et un serveur contenant 96 processeurs Intel Xeon Platinum 8175, 48 cœurs physiques et 384 Go de mémoire. Après deux mois et demi de travail et avec la mobilisation de trois ingénieurs, l’expérimentation a permis d’atteindre 160 000 transactions par seconde et un total de 1,5 million de transactions – soit sept fois plus que le taux maximal de transactions du réseau de paiement Visa – le tout en fonctionnant sur des ordinateurs "basiques", indique la note.

Les auteurs ajoutent que le délai de latence est inférieur à 200 millisecondes pour un client localisé sur la Côte ouest des Etats-Unis et d'environ 50 millisecondes pour un client situé au Royaume-Uni.

Répondre à la problématique des volumes
Une telle infrastructure vise à permettre des paiements numériques comme des paiements en devises fiduciaires. Or, rappelle VentureBeat, l’un des doutes persistant autour de la technologie blockchain est sa capacité à supporter, du fait de sa nature ouverte et décentralisée, des volumes inédits de paiement quel que soit le canal utilisé.

Un autre défi est de répondre au caractère définitif du règlement alors que la blockchain est perçue à juste titre comme évolutive. Un paiement nécessite une vérification de la validation du nœud, c’est-à-dire la correspondance entre la somme des transactions à  l’entrée et à la sortie. Une étape qui implique un délai de latence jugé par les autorités régulatrices incompressible. 

Pour ses concepteurs, FastPay pourrait résoudre ces problématiques. L’infrastructure a été imaginée pour prendre en charge la confirmation de latence des paiements physiques réalisés en point de vente tout en assurant une capacité pour les volumes de paiement effectués en temps réel. Par ailleurs, le délai est réduit par un système de préfinancement des transactions de détail.

Contacté par VentureBeat, les auteurs ont admis que cette expérimentation avait été réalisée dans les conditions idéales et que FastPay reste une recherche sur les protocoles de paiement strictement expérimentale. Pour autant, le réseau social y voit une preuve de faisabilité du projet né en 2019. "FastPay peut être utilisé comme une chaîne latérale pour toute cryptomonnaie avec des garanties de finalité et de programmabilité raisonnable et suffisante. Les performances et la robustesse de FastPay valident que l’on peut s’éloigner des solutions centralisées et d'un consensus total pour gérer les paiements de détail".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media