Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L’opérateur japonais Softbank bannit Huawei et ZTE de son réseau… au profit de Nokia et Ericsson

L’opérateur télécoms japonais Softbank a décidé de retirer les équipements de Huawei et ZTE de son réseau pour les remplacer par des matériels de Nokia et Ericsson. Il a également choisi de bannir les deux équipementiers chinois de son réseau 5G.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L’opérateur japonais Softbank bannit Huawei et ZTE de son réseau… au profit de Nokia et Ericsson
l'opérateur SoftBank sacrifie ses liens avec Huawei pour sauver ses projets aux Etats-Unis © Flickr - MIKI Yoshihito

Encore une mauvaise nouvelle pour Huawei Technologies et ZTE en provenance du Japon. L’opérateur télécoms Softbank a décidé de retirer les équipements des deux fournisseurs chinois de son réseau pour les remplacer par des matériels de Nokia et Ericsson. Il a également choisi de les bannir de son réseau 5G qu'il prévoit de mettre en service à l'occasion des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. C’est ce que croit savoir le Nikkei Asian Review.

 

Forte pression américaine sur le Japon

Cette décision intervient après que le gouvernement de Shinzo Abe a décidé, lundi 10 décembre 2018, de bannir des appels d’offre publics tous les équipements de réseaux représentant une menace potentielle pour la sécurité nationale. Ce qui revient à interdire les matériels de Huawei Technologies et ZTE suspectés par Washington de servir de cheval de Troie au cyberespionnage du gouvernement chinois.

 

Selon Stéphane Teral, analyste au cabinet IHS Markit, le Japon subit une forte pression de la part des Etats-Unis pour exclure les équipementiers télécoms chinois comme l’ont fait l’Australie et la Nouvelle Zélande. Tokyo a choisi de limiter l’interdiction aux ministères, agences gouvernementales et administrations, et de ne donner aucune consigne à ses trois opérateurs télécoms : NTT, KDDI et Softbank. Une façon de ménager ses intérêts géostratégiques avec Pékin.

 

Softbank est le seul des trois opérateurs nippons à faire appel à des équipements de Huawei Technologies et ZTE. Sa décision surprend car il est très impliqué en Chine. Sa maison-mère Softbank Group détient 29% du capital du géant chinois du numérique Alibaba. Mais il est aussi le propriétaire de Sprint, l’un des quatre plus grands opérateurs télécoms aux Etats-Unis, qu’il est en train de fusionner avec T-Mobile. C’est pour sauver ses projets de développement outre-Atlantique qu’il est contraint de sacrifier ses liens avec Huawei Technologies et ZTE.

 

Remplacement des stations de base radio aussi

Au Royaume-Uni, l’opérateur BT (ex-British Telecom), très engagé avec Huawei Technologies, a entrepris en 2016 le remplacement des matériels de l’équipementier chinois. Mais l’opération se limite au cœur du réseau et ne concerne pas le réseau d’accès qui, selon Stéphane Teral, représente la plus grande partie de l’investissement. Softbank semble vouloir aller jusqu’au bout en étendant l’opération de remplacement aux stations de base radio.

 

" Remplacer les équipements de Huawei Technologies et ZTE par des matériels de Nokia et Ericsson représente un certain coût, affirme Stéphane Teral. C’est pourquoi les Etats-Unis proposent de dédommager les opérateurs qui le font."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale