Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La fintech Checkout.com lève 150 millions de dollars pour renforcer ses solutions de paiement en ligne

Levée de fonds Le fournisseur de solutions de paiement en ligne Checkout.com vient de boucler un tour de table de 150 millions de dollars. Une opération qui permet à la licorne britannique de tripler sa valeur, la portant à 5,5 milliards de dollars, et qui prend tout son sens dans le contexte actuel marqué par les effets de la pandémie de Covid-19.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La fintech Checkout.com lève 150 millions de dollars pour renforcer ses solutions de paiement en ligne
La fintech Checkout.com lève 150 millions de dollars pour renforcer ses solutions de paiement en ligne © justynafaliszek/Pixabay

La société britannique Checkout.com annonce ce 22 juin 2020 un tour de table de 150 millions de dollars. Cette nouvelle levée de fonds mené par Coatue, avec la participation des investisseurs actuels – Insight Partners, DST Global, Blossom Capital et GIC, le fonds souverain de Singapour – porte les liquidités disponibles à plus de 300 millions de dollars, Checkout.com étant rentable depuis 2012.

La start-up devient par cette opération l’une des fintech les mieux valorisées au monde, puisque ce second tour de table porte sa valeur à 5,5 milliards de dollars, soit trois ois plus qu'auparavant. En mai 2019, sa première levée de fonds s’était élevée à 230 millions de dollars. Dans un communiqué, la fintech explique que ces fonds vont être employés pour "renforcer encore son bilan" et financer "le développement de nouveaux produits innovants, notamment sa prochaine solution de paiement de pointe et la capacité de réduire les délais de paiement".

Des transactions en ligne en hausse de 250% 

Cet afflux de liquidités prend son sens dans le contexte actuel marqué par les effets de la pandémie de Covid-19. Elle "reflète la demande croissante des entreprises en solutions de règlement en ligne transformatrices fonctionnant dans toutes les zones géographiques et sur tous les canaux", explique l’entreprise. Checkout.com a ainsi constaté une augmentation de 250% du nombre de transactions en ligne entre mai 2019 et mai 2020. Alors que les entreprises cherchaient en urgence des solutions de paiement en ligne, "le confinement à l'échelle mondiale a encore accéléré la croissance de Checkout.com", affirme la société.

Pour rappel, Checkout.com a mis au point une technologie brevetée de plateforme intégrée de paiements internationaux à destination des commerçants. Elle propose un accès direct aux achats locaux, quel que soit le mode de règlement ou la zone géographique et traite les données en temps réel pour déterminer les méthodes de paiement les plus pertinentes, la parité des fonctionnalités entre les régions, les filtres antifraude et les fonctionnalités de reporting. Elle est disponible dans 150 devises ainsi que pour certaines méthodes de paiement locales et alternatives.

Deux rachats en 2020

En 2020, la société a réalisé deux acquisitions : la start-up australienne Pin Payments et la pépite française ProcessOut. La France est le deuxième marché, après le Royaume-Uni, pour Checkout.com, qui a obtenu en 2019 une licence d'établissement de monnaie électronique dans l’Hexagone. L’opération a permis à Checkout.com d'accueillir parmi ses clients Glovo, Dashlane et Rakuten, qui utilisaient la solution de ProcessOut. Celle-ci consiste en un système de routage dynamique optimisant le traitement des paiements en temps réel pour réduire les coûts des e-commerçants.

Parmi les 500 nouveaux clients cités par Checkout et arrivés lors des 12 derniers mois figurent également Grab, Revolut, Careem, Robinhood, Farfetch, Klarna ou encore Remitly. La société emploie plus de 750 personnes dans 13 bureaux dans le monde. En avril dernier, la licorne britannique avait annoncée rejoindre le projet de monnaie numérique Libra. Un soutien extrêmement important pour ce nouveau système financier imaginé par la firme de Mark Zuckerberg : Checkout était la première société spécialisée dans les services de paiement à rejoindre l’association depuis le départ des quatre grands acteurs du secteur, Mastercard, Visa, PayPal et Stripe – l'un de ses  principaux concurrents. Une hécatombe qui s’expliquait notamment par le manque de garanties de Libra face à la pression des régulateurs.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media