Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le supercalculateur BullSequana d'Atos va renforcer les capacités de calcul du centre météorologique croate

Atos annonce la signature d'un contrat d'1,3 millions d'euros avec le service météorologique et hydrologique croate pour lui fournir un supercalculateur BullSequana XH2000. La puissance de calcul actuelle du centre sera multipliée par quatre. L'objectif est d'affiner les prévisions météorologiques et de pouvoir prédire l'intensité des phénomènes extrêmes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le supercalculateur BullSequana d'Atos va renforcer les capacités de calcul du centre météorologique croate
Le supercalculateur BullSequana d'Atos va renforcer les capacités de calcul du centre météorologique croate © DHMZ (Twitter)

Le Service météorologique et hydrologique croate (DHMZ), situé à Zagreb, s'équipe du supercalculateur BullSequana XH2000 d'Atos. Le système devrait être installé d'ici la fin avril 2021.

Un contrat d'1,3 millions d'euros
D'un montant d'1,3 million d'euros, le contrat comprend la fourniture et l'installation de la machine, la migration et l'optimisation de toutes ses applications existantes pour les calculs de prévisions météorologiques et la maintenance sur cinq ans.

"La mission principale de DHMZ, qui consiste à fournir, dans les temps, des informations météorologiques et hydrologiques de qualité et fiables, ainsi que des alertes anticipées en cas de phénomènes météorologiques dangereux, requiert une infrastructure informatique moderne pour être menée à bien", explique Branka Ivancan-Picek, directeur général de la DHMZ.

Les prévisions reposent sur la simulation de l'atmosphère
Contrairement à une idée répandue, la prévision météorologique et climatologique ne repose pas sur des statistiques. Elle est élaborée à partir de trois étapes : l'observation, la simulation de l'atmosphère à l'aide de modèles et l'analyse des résultats. La capacité de calcul de BullSequana va permettre d'améliorer la résolution des calculs pour traduire l'évolution de l'atmosphère.

Grâce à ce superordinateur BullSequana XH2000, la puissance de calcul actuelle du DHMZ sera multipliée par quatre. Ce qui lui permettra "d'augmenter la fréquence et la précision des prévisions météorologiques", écrit Atos dans son communiqué.

Prédire l'intensité des phénomènes météorologiques extrêmes
De plus, les météorologues et les hydrologues du DHMZ pourront déterminer plus précisément l'intensité des phénomènes météorologiques extrêmes "bien avant qu'ils ne se produisent", affirme Atos. Il s'agit notamment des inondations, des orages, des vents forts et des températures extrêmes.

Le calculateur va également être mis à profit dans le cadre du projet AIRQ pour optimiser le système utilisé pour la gestion et la surveillance de la qualité de l'air dans les zones urbaines. L'objectif final est de développer un modèle permettant d'estimer les concentrations de polluants au niveau du sol. De plus, le supercalculateur fournira des données utiles à diverses industries et organisations de protection de l'environnement.

Plusieurs centres sont déjà équipés
Ce n'est pas la première fois que BullSequana, présenté en novembre 2018 par Atos, vient augmenter les puissances de calcul d'un centre météorologique ou climatologique. Il a déjà été déployé au Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (ECMWF), à Météo-France et au Centre allemand de calcul climatique (DKRZ), à l'Institut météorologique royal des Pays-Bas et au Plymouth Marine Laboratory au Royaume-Uni.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media