Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Semiconducteurs : ASML s’empare du taiwanais Hermes Microvision pour 2,75 milliards d’euros

Le numéro un mondial des équipements de production de semiconducteurs ASML rachète le taïwanais Hermes Microvision pour 3,1 milliards de dollars. Une opération qui étend son offre de lithographie pour les futures générations de puces électroniques.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Semiconducteurs : ASML s’empare du taiwanais Hermes Microvision pour 2,75 milliards d’euros
Semiconducteurs : ASML s’empare du taiwanais Hermes Microvision pour 2,75 milliards d’euros © ASML

Encore une fusion-acquisition dans l’industrie des semiconducteurs. Elle concerne non pas les composants mais les équipements qui servent à les produire. Le néerlandais ASML, numéro un mondial du secteur, a conclu un accord pour racheter du taiwanais Hermes Microvision. La transaction se monte à 100 milliards de dollars taïwanais, l’équivalent de 3,1 milliards de dollars américains ou 2,75 milliards d’euros. Elle devrait être finalisée au quatrième trimestre 2016.

 

Approche holistique de lithographie

Issu de Philips, ASML règne en maître sur le marché des équipements de lithographie, une technologie clé pour la gravure des puces électroniques. Il s’accaparait, selon le cabinet Berenberg, 74% du gâteau en 2012, loin devant ses deux challengers japonais Nikon (17%) et Canon (2%). Depuis des années, il développe la lithographie aux ultraviolets extrêmes nécessaire aux prochaines générations de circuits intégrés gravés avec une résolution en dessous des 10 nanomètres. Une technologie qu’il espère voir entrer en production de volume en 2018 pour les puces électroniques en 7 nanomètres.

 

La miniaturisation électronique le conduit à privilégier une approche de lithographie "holistique" qui comprend la lithographie optique, la simulation numérique et l’inspection électronique pour contrôler les motifs créés avec une résolution compatible avec une gravure de plus en plus fine. C’est dans cette stratégie que s’inscrit l’acquisition de Hermes Microvision.

 

Un prix d'acquisition élevé

La société se spécialise dans les équipements de métrologie pour l’inspection au faisceau d’électrons de la gravure des circuits. Ses solutions complètent les équipements d’ASML. D’ailleurs, les deux entreprises collaborent depuis 2 ans pour intégrer leurs équipements dans des solutions complètes allant de la lithographie aux ultraviolets extrêmes jusqu’au contrôle au faisceau d’électrons des motifs gravés.

 

Le prix payé par ASML paraît élevé. Hermes Microvision affiche un chiffre d’affaires de 6652 millions de dollars taïwanais, l’équivalent de seulement 182,3 millions d’euros en 2015, contre 6,3 milliards d’euros pour le groupe hollandais. Mais pour les analystes, le jeu en vaut la chandelle. Avec une marge nette de 35%, la société taïwanaise reste très rentable. Et sa technologie de métrologie est appelée à jouer un rôle clé dans les prochaines générations de puces électroniques.

 

ASML prévoit de financer la transaction par endettement pour 1,5 milliard d’euros, par émission de nouvelles actions pour 500 millions d'euros, et par cash pour le reste.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media