Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Ubisoft s’appuie sur le cloud de Google pour déchiffrer plus vite les hiéroglyphes

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

En s’appuyant sur les services d’intelligence artificielle de Google Cloud, Ubisoft développe un système de traduction automatisé des hiéroglyphes. Le résultat de ce projet sera proposé comme outil open source aux égyptologues, chercheurs et enseignants à la fin de l’année.

Ubisoft s’appuie sur le cloud de Google pour déchiffrer plus vite les hiéroglyphes
Automatiser la traduction des hiéroglyphes, c'est l'objet du projet d'Ubisoft © Ubisoft

Du divertissement à la recherche en égyptologie, le pas est vite franchi par Ubisoft. L’éditeur français de jeux vidéo travaille au développement d’un système de déchiffrage automatique des hiéroglyphes, ces gravures qui constituaient le mode d’écriture de la langue de l’Egypte antique. Il le fait la main dans la main avec Google Cloud, le bras armé du géant américain de l’internet dans le cloud public d’infrastructure. L’idée est d’exploiter la puissance des services d’intelligence artificielle dans le cloud pour automatiser la reconnaissance et la traduction des hiéroglyphes gravés sur la pierre.

 

Une démarche non commerciale

"L’égyptologie a peu évolué en 200 ans, explique à L’Usine Digitale Pierre Miazga, chef du projet chez Ubisoft.  Le déchiffrage des glyphes reste un travail artisanal, basé sur beaucoup de temps d’interprétation, de dialogue et de discussion. Nous voulons faire gagner du temps aux égyptologues en automatisant cette tâche. L’idée est d’associer à chaque gravure un fac-similé, une image, un mot et une traduction."

 

Le projet débute en janvier 2017, en même temps que le développement d'Assassin’s Creed Origins, le jeu vedette d’Ubisoft dont l’action se déroule en Egypte antique. "Notre démarche n’a rien de commercial, insiste Pierre Miazga. Nous avons collaboré pendant quatre ans avec des égyptologues et historiens pour reproduire la vie à l'époque de l’Egypte antique pour notre jeu. Nous voulons en retour leur développer un outil qui va les aider dans leurs recherches. Nous le proposerons comme système open source qu’ils pourront modifier, enrichir et améliorer. "

 

Le projet mobilise une vingtaine de personnes. Google Cloud apporte son outil d'apprentissage automatique open source Auto ML et les capacités de traitement de son cloud. L'université Macquarie, en Australie, apporte les données à faire ingurgiter au modèle d’apprentissage statistique. "Il est important d’agréger le plus d’images et de données possible, remarque Pierre Miazga. Car l’expression des glyphes a beaucoup évolué dans le temps. En raison de leur âge, les inscriptions gravées dans la pierre il y a 3 000 à 4 000 ans sont en plus de qualité très variable, nombre d'entre elles étant endommagées, voir effacées."

 

L'outil continuera à s'améliorer à l'usage

Pour élargir la base de données, les joueurs d’Assassin’s Creed Origins sont invités à dessiner des glyphes et les exposer à la machine de reconnaissance automatique. "En une nuit, nous avons reçu 80 000 dessins", affirme Pierre Miazga, fier de cette contribution du grand public à un projet qui se destine plutôt à la communauté scientifique.

 

Le développement suit un processus incrémental avec à chaque étape des tests par des chercheurs aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Australie. La version finale est attendue à la fin de l’année. "Ce n’est que le début, note Pierre Miazga. Nous continuerons à soutenir le projet. Car le système de reconnaissance va continuer à s’améliorer en apprenant à chaque fois que quelqu’un l’utilise. L’idée est d’en faire un outil d’enseignement et de recherche dans les universités. Aux experts de lui trouver des applications." De son côté, Ubisoft retire du projet de déchiffrage des hiéroglyphes une meilleure maitrise des outils de machine learning. Une expérience qui lui servira lors du développement de prochains jeux vidéo.

 

Ubisoft n’en est pas à son coup d'essai avec Google Cloud. L’éditeur français de jeux vidéo utilise aussi la plateforme Agones du géant américain pour l'hébergement de son service multi-joueurs en ligne. Le tout nouvel épisode de la série Assassin's Creed, qui se déroule cette fois-ci en Grèce antique, est par ailleurs au coeur du premier essai public du "Project Stream" de Google pour le cloud gaming.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale