Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un nouveau médicament potentiel identifié et testé en seulement 46 jours grâce à l'intelligence artificielle

46 jours : c’est le temps qu’il a fallu à la start-up Insilico Medicine, en collaboration avec une équipe de chercheurs de l'Université de Toronto, pour tester en laboratoire un nouveau médicament potentiel contre la fibrose. Si la jeune pousse demeure prudente sur son expérimentation, celle-ci confirme le potentiel de l’intelligence artificielle pour accélérer la recherche pharmaceutique.
mis à jour le 06 septembre 2019 à 15H42
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Un nouveau médicament potentiel identifié et testé en seulement 46 jours grâce à l'intelligence artificielle
Un nouveau médicament potentiel identifié et testé en seulement 46 jours grâce à l'intelligence artificielle © IMAGES MONEY/FLICKR

Insilico Medicine, start-up spécialisée dans la biotechnologie, affirme avoir identifié un potentiel traitement pour la fibrose en seulement 46 jours. Selon un article publié dans la revue Nature Biotechnology le 2 septembre, la jeune pousse, accompagnée par une équipe de chercheurs de l'Université de Toronto, a réussi à isoler une molécule luttant efficacement contre une protéine et présentant des qualités "similaires à un médicament", selon l’équipe. Particularité de ces travaux scientifiques : c’est grâce à des techniques d'intelligence artificielle, en l'occurrence du deep learning, que le médicament a pu être élaboré aussi rapidement.

 

Accélérer la recherche de molécules

21 jours ont d’abord été consacrés à la création de 30 000 modèles de molécules ciblant une protéine liée à la fibrose, la discoïdine 1 (DDR1). Un modèle de deep learning a ensuite analysé les travaux de recherches précédentes et les brevets concernant les molécules connues pour agir contre la protéine en donnant la priorité aux nouvelles structures pouvant être synthétisées en laboratoire. Les chercheurs ont utilisé pour ce faire des réseaux antagonistes génératifs (GAN pour Generative Adversarial Networks en anglais).

 

Puis six molécules ont été synthétisées en laboratoire et deux d'entre elles ont été injectées dans des cellules souches. "C’est un peu la même chose que ce qu’un chimiste pourrait faire pour rechercher de nouveaux traitements, mais beaucoup plus rapidement", résume l’équipe. La molécule la plus efficace a ensuite été testée sur une souris. Au total, le processus n'a pris que 46 jours.

 

Vers un bouleversement de l'industrie ?

Cette nouvelle méthode de travail pourrait révolutionner la recherche pharmaceutique, et avec elle, l’ensemble de l’industrie pharma. "La mise sur le marché d'un nouveau médicament est extrêmement longue et coûteuse, rappelle le Tufts Center for Drug Study Development. Cela peut prendre jusqu’à 10 ans et coûter jusqu'à 2,6 milliards de dollars, avec une majorité d’échecs au stade de l’expérimentation". La start-up reste quant à elle prudente. "Nous sommes encore loin des médicaments conçus par intelligence artificielle et vendus à des patients".

 

Insilico Medicine travaille sur des applications de l’intelligence artificielle pour les traitements contre le cancer, les maladies de la peau, la maladie de Parkinson, la maladie d'Alzheimer, la maladie de Charcot, le diabète et les affections liées au vieillissement.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale