Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Onde de choc sur le nuage global

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Onde de choc sur le nuage global
Onde de choc sur le nuage global

En Allemagne, Angela Merkel vient d’affronter une polémique dont elle se serait passée. Objet : son pays doit-il offrir l’asile à Edward Snowden Cet épisode n’est qu’un des effets en cascade ayant suivi les révélations de l’ex-consultant de la NSA sur le système de surveillance américain Prism. Dans le monde, l’affaire suscite indignation et cris d’orfraie plus ou moins feints. Les États ciblés – France, Allemagne, Brésil ou Espagne – ont juré de remettre à plat leurs systèmes de contre-renseignement et de renforcer leur cybersécurité. Mais tout cela ne s’arrête pas à une affaire de barbouzes.

Le niveau titanesque de la surveillance américaine et l’implication, volontaire ou forcée, des géants américains du numérique – les Amazon, Google, Facebook et autres Apple – vont aussi se traduire dans le monde de l’économie. Ces révélations ont témoigné du grand flou entre le "renseignement" et l’intelligence économique. Cela ne restera pas sans conséquences. Première des activités concernées : le stockage massif de données externalisé, à savoir le cloud computing. Une étude américaine datant de l’été dernier chiffrait entre 25 et 35 milliards de dollars sur trois ans la perte de revenus que pourraient subir les groupes américains du cloud due à une perte de confiance dans le numérique.

Bonne affaire pour les opérateurs nationaux. Car de partout montent des voix pour la constitution de clouds souverains sécurisés. Au Brésil, la présidente Rousseff songe à un "droit du sol" sur les datacenters. En Inde, le gouvernement s’active à la création de "meghraj", un cloud gouvernemental national. À Bruxelles, plane l’idée d’une réglementation contraignant les hébergeurs à indiquer si leurs données traversent l’Atlantique ou de revoir les accords transatlantiques sur l’échange de données. Sans parler des obstacles sur la négociation du futur accord de libre-échange entre l’Europe et les États-Unis. Au-delà, certains experts craignent aussi à terme l’érection de barrières nationales (à l’image de la Chine), bref une balkanisation du web. Et la domination américaine dans la gouvernance d’internet, par exemple au sein de l’association Icann, appartenait au passé.

Pierre-Olivier Rouaud

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale