Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Keolis investit dans Via pour intégrer sa technologie au service leCab

Le groupe de transports Keolis a investi dans la start-up américaine Via, spécialiste du VTC partagé. LeCab, autre start-up partenaire de Keolis, va créer une offre basée sur cette technologie dans une zone-test de Paris.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Keolis investit dans Via pour intégrer sa technologie au service leCab
Keolis investit dans Via pour intégrer sa technologie au service leCab © LeCab

Le groupe français Keolis continue d'investir dans des start-up des nouvelles mobilités. Après s'être rapproché du service de VTC leCab en mars 2016 et du constructeur de navettes autonomes Navya en octobre, il annonce son investissement dans la start-up américaine Via.

 

Cette entreprise créée en 2013, qui dispose d'équipes à New York et Tel Aviv, a développé une technologie permettant de créer un réseau de transport partagé à la demande qui se reconfigure en temps réel. Concrètement, les chauffeurs Via suivent des trajets pré-calculés qui leur permettent d'être le plus proches possible des parcours domicile/travail des utilisateurs. Ces derniers n'ont que quelques dizaines de mètres à parcourir à pied pour rejoindre ces "lignes de VTC" virtuelles : la promesse est donc de profiter de transports partagés sans détour. Les chauffeurs seraient gagnants, malgré un prix particulièrement bas (5 dollars le trajet) car la formule  assurerait un remplissage maximum de leurs véhicules. 40 000 personnes utiliseraient le service chaque jour à New York.

 

"LeCab plus " lancé à paris

La technologie de Via va être utilisée par LeCab pour bâtir un service similaire à Paris. Baptisé "Plus", il permettra aux passagers d'emprunter des VTC partagés pour un prix forfaitaire de 5 euros aux heures de pointe (1 euro le premier mois). "C'est le maillon manquant entre transports collectifs – bus, métro – et transport privé", juge Laurent Kocher de Keolis. "Nous avons cherché à proposer un trajet au prix le moins cher pour le client, tout en étant rentable pour le chauffeur", complète Benjamin Cardoso, fondateur de leCab.

 

Le lancement de l'offre va être très progressif. Dans un premier temps, seuls quelques arrondissements du nord-ouest de Paris seront desservis, et les trajets mutualisés devront se faire à l'intérieur de cette zone. Une centaine de chauffeurs se relaieront entre 7h et 21h du lundi au vendredi dans des vans Mercedes. "Nous aurons 600 places disponibles à tout moment", promet Benjamin Cardoso. Pour le démarrage, les chauffeurs seront payés à l'heure, quel que soit le nombre de passagers transportés. Ensuite, le partage des revenus se fera de la même façon que sur les autres formes de VTC. Mais leCab assure que le service de VTC partagé boosté aux algorithmes sera plus rentable, car une fois la vitesse de croisière atteinte, le taux de remplissage des six places des véhicules sera plus élevé que la moyenne.

 

Le Cab espère aussi fidéliser les clients. "On veut que le VTC entre vraiment dans le quotidien des utilisateurs, avec un usage matin et soir", espère Benjamin Cardoso. Pour l'instant, la start-up ne prévoit pas de créer un abonnement mensuel.

 

une alternative à vélib, au covoiturage...

LeCab espère étendre l'expérimentation à l'ensemble de la capitale "le plus tôt possible", vraisemblablement d'ici la fin de l'année. Son accord avec Via lui permet de déployer la technologie dans d'autres villes françaises. Le Cab Plus se pose en rival de plusieurs formes de transport : les autres VTC et taxis partagés (Uber Pool, G7 partagé), l'autopartage façon Autolib, le covoiturage dynamique courte distance (Karos) ou encore les services de transport à la demande (Padam Daily). LeCab dit voiloir convaincre les 20% de Parisiens qui possèdent une voiture personnelle de s'en passer.

 

Les chauffeurs qui s'engageront dans le programme Plus vont être, en quelque sorte, les beta-testeurs de futurs réseaux de navettes… sans chauffeur. L'investissement de Keolis dans Navya prouve que le groupe s'intéresse à cette autre forme de transport autonome, qui sera parfaitement compatible avec les technologies de machine learning de Via…

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale