Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L’accident mortel causé par un robot-taxi d’Uber va-t-il retarder l'avènement de la voiture autonome ?

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Dimanche 18 mars 2018, une piétonne a été mortellement renversée par un taxi autonome d’Uber en phase de test, à Tempe, en Arizona. Le géant californien du VTC a annoncé dans la foulée qu’il suspendait ses essais en Amérique du Nord. Alors que l’autonomisation des véhicules doit réduire le nombre de tués sur les routes, quelles conséquences pourrait avoir ce drame sans précédent ?

L’accident mortel causé par un robot-taxi d’Uber va-t-il retarder l'avènement de la voiture autonome ?
Voiture et camion autonomes Uber © Gregory J Murphy

Elaine Herzberg, 49 ans, est la première victime d’une voiture autonome. Cette piétonne a été renversée, dimanche 18 mars 2018, sur les coups de 22h, à Tempe, dans la banlieue de Phoenix, en Arizona où Uber teste ces véhicules autonomes depuis février 2017. Transportée à l’hôpital, elle a succombé à ses blessures dans la nuit de dimanche à lundi.

 

Uber responsable ou pas ?

Selon les premiers éléments de l’enquête, révélés par la police locale lundi après-midi, lors d’une conférence de presse : “La femme a traversé la route en dehors des clous” alors que le taxi autonome d’Uber - un SUV modèle XC90 2017 de la marque Volvo - “circulait en mode autonome, sous la supervision d’un opérateur”, comme le prévoit la législation. La présence d’un ingénieur sur le siège conducteur étant l’une des seules conditions imposées par l’Etat d’Arizona, terre promise des voitures autonomes.

 

Les conditions météo étaient bonnes. Le véhicule roulait à environ 61 km/h (38 mph) sur une route limitée à 56 km/h (35 mph) et n’a pas tenté de freiner. “Au moins deux caméras” étaient embarquées dans l’habitacle, a précisé la cheffe de la police de Tempe, Sylvia Moir, lundi soir, avant d’ajouter tout en prenant des pincettes : “Je suppose, à titre préliminaire, qu’il semblerait que le Uber ne soit probablement pas responsable de cet accident”. Quid de la fiabilité de la technologie dans ce cas précis ? “Il s’agit là d’un nouveau terrain dans lequel nous nous aventurons", a-t-elle conclu.

 

La victime, qui se trouvait à 90 mètres du passage piéton, “pourrait être une sans-abri”, selon le sergent Ronald Elcock. Les chaînes de télévision locales diffusaient, lundi, des images du lieu de la collision où l’on peut apercevoir une bicyclette pliée sur le bord du trottoir.

 

 

Les tests d’Uber au point mort

Uber a immédiatement adressé ses condoléances à la famille de la victime et a indiqué coopérer activement avec les autorités. Le géant californien du VTC a annoncé la suspension de ses essais de pilotage autonome dans la région de Phoenix (en Arizona) mais aussi à Pittsburgh et San Francisco (Californie) ainsi qu’à Toronto (Canada). Dans la foulée, le Conseil national de la sécurité des transports (National Transportation Safety Board, NTSB) a dépêché une équipe d’enquêteurs sur place. Contacté par Bloomberg, les constructeurs Volvo et Toyota se sont montrés plutôt évasifs quant au devenir de leurs partenariats avec Uber.  

 

Fin mars 2017, Uber avait également pris la décision de stopper momentanément sa flotte de taxi-autonome après une collision, faisant aucun blessé, survenue dans la même ville de Tempe. Le véhicule autonome avait terminé sa course sur le flanc après qu’un autre véhicule lui ait grillé la priorité. En mai 2016, le conducteur d’une Tesla Model S avait trouvé la mort en Floride alors que sa voiture était en mode autopilote. À l’époque, le NTSB avait pointé du doigt la “trop grande dépendance” du conducteur au mode autopilote, rappelant que ce mode de conduite n’était absolument pas considéré comme une technologie de conduite autonome et qu’il fallait donc que les conducteurs restent attentifs au volant.

 

Coup  de frein sur les véhicules autonomes ?

Dans la course aux voitures autonomes, les géants de la tech tels que Tesla, Google ou encore General Motors, ont le pied au plancher. Selon le Boston Consulting Group, en 2030, un quart des déplacements se feront à bord de véhicules qui se conduisent tout seuls. Mais le drame de Tempe pourrait venir perturber le déploiement de cette technologie qui promet de réduire les accidents mortels de la route, causés le plus souvent par un facteur humain. L’an passé aux Etats-Unis, 40 000 personnes sont mortes dans des accidents de la route et 6 000 d’entre eux étaient des piétons.

 

Selon Bryan Reimer, directeur associé du AgeLab du MIT Center for Transportation and Logistics, cet accident “montre à nouveau que cette technologie évolue au fil du temps et qu’elle n’est pas forcément prête pour un déploiement à grande échelle”. Interrogé par Wired, le chercheur rappelle que “le potentiel de cette technologie est immense. Mais il s’agit d’une évolution, pas d’une révolution”.

 

Désigné comme le coeur battant de la mobilité de demain, la conduite autonome doit encore passer les obstacles de la régulation. “Ce drame pourrait nuire à l'image de la technologie et conduire à une pression pour plus de régulation au niveau fédéral ainsi que des Etats”, a déclaré Bryant Walker Smith, spécialiste de la régulation des véhicules autonomes à l'Université de Caroline du Sud.

 

La semaine dernière, Uber et Waymo, la filiale de conduite autonome d’Alphabet, ont justement exhorté le Congrès d’adopter le AV START Act (the American Vision for Safer Transportation Through Advancement of Revolutionary Technologies. Ce projet de loi permet d’accélérer le déploiement des véhicules sans conducteur aux Etats-Unis, en introduisant notamment la notion d'arbitrage forcé entre les constructeurs de véhicules autonomes et les utilisateurs. Ce que cinq sénateurs démocrates ont dénoncé dans une lettre publiée mercredi 14 mars.

 

L’un d’eux, Richard Blumenthal, sénateur démocrate du Connecticut, a mis en garde le Congrès sur Twitter, suite à l’accident impliquant Uber : "Ce tragique incident montre clairement que la technologie des véhicules autonomes a encore un long chemin à parcourir avant d'être vraiment sûre pour les passagers, les piétons et les conducteurs qui partagent les routes américaines (...) Dans notre hâte de rendre possible l'innovation, nous ne devons pas oublier la sécurité de base."

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale