Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La fintech suédoise Klarna lance sa solution de paiement fractionné en France

La fintech suédoise Klarna se lance en France. D'ores et déjà disponible dans 17 pays, elle propose le paiement fractionné en trois fois auprès des commerçants en ligne qui en sont partenaires. Forte de son succès à l'étranger, la fintech devra jouer des coudes pour se faire une place face à la concurrence française.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La fintech suédoise Klarna lance sa solution de paiement fractionné en France
La fintech suédoise Klarna lance sa solution de paiement fractionné en France © Klarna

Le géant suédois du paiement fractionné Klarna débarque en France ce mardi 8 juin. La fintech, valorisée à 31 milliards de dollars en mars dernier après une levée de fonds d'un milliard de dollars, va proposer sa solution de paiement en trois fois pour les consommateurs français.

Fondée en 2005, Klarna est déjà présente dans 17 pays et dispose de plus de 250 000 commerçants partenaires à travers le monde.
 

Avec des visuels colorés et des rappeurs à la mode tels que Snoop Dog et Asap Rocky pour faire sa promotion, Klarna vise avant tout les "millennials" et la génération Z, très friands du commerce en ligne, pour se démarquer. En résumé, les consommateurs de moins de quarante ans.

Viser un jeune public
Lancée également aujourd'hui, l'application Klarna suit la même démarche et propose un système de wishlists permettant d'être notifié d'éventuelles baisses de prix. L'application se veut aussi une vitrine pour les e-commerçants et propose d'inspirer de nouveaux achats aux clients à travers un accès aux posts Instagram des marques par exemple, explique Eric Petitfils, responsable des ventes et partenariats France chez Klarna.

"Les jeunes se détournent des solutions de crédit, l'idée pour eux est de bénéficier des avantages du crédit sans les inconvénients", précise Eric Petitfils. Pour simplifier les transactions, Klarna prend en charge "le risque crédit et fraude" et règle directement le commerçant en attendant les paiements de ses clients. La fintech récupère toutefois un pourcentage sur chaque transaction, "selon des accords établis au préalable avec les commerçants", détaille le responsable France de Klarna.

La fintech compte aujourd'hui plus de 90 millions de clients sur ses différents marchés et espère connaître une croissance rapide dans l'Hexagone. Selon une étude menée par Kantar, en France, les achats en ligne en 2020 sont estimés à 112 milliards d'euros, soit une augmentation de 8,9% par rapport à 2019. Le pays a également gagné 17 400 sites de commerce électronique supplémentaires. Toutefois, Klarna n'est pas seule sur ce marché et devra faire face à une concurrence redoutable.

Se faire une place en France
La start-up française Alma, qui propose de son côté le paiement fractionné jusqu'à 36 fois, dispose d'un avantage de taille. Suite à son partenariat avec la Banque Postale, elle s'est offerte de la data de credit scoring de qualité, permettant d'avoir une visibilité sur les capacités de remboursement des clients. Un gage de confiance non négligeable pour les commerçants partenaires. La fintech a également décroché lundi 7 juin le précieux statut de société de financement.

Afin de tirer son épingle du jeu, Klarna mise sur une stratégie marketing bien rodée et une application au goût du jour qui permet d'anticiper les achats des clients via les wishlist. La fintech se vante d'avoir augmenté la fréquence d'achat et le prix du panier de ses partenaires, à l'image de Sephora qui a connu une hausse de 75% du panier moyen dans ses boutiques américaines.

À terme, Klarna espère développer ses autres services en Hexagone tels que le paiement fractionné jusqu'à 36 fois ou encore le paiement différé, qui permet d'effectuer des achats et les régler ultérieurement. La fintech, qui envisage potentiellement une entrée en bourse, va également revoir son application pour y intégrer son service shopping permettant de bénéficier des offres de paiements fractionnés auprès de tous les e-commerçants sans partenariat au préalable.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.