Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Nvidia dévoile ses nouvelles GeForce, dont la titanesque RTX 3090

Nvidia met fin au suspense concernant ses nouvelles puces GeForce destinées au grand public. L'entreprise frappe fort face avec cette seconde génération de GPU RTX, obtenant un gain de performances important pour un rapport performances/prix largement supérieur à celui des modèles précédents. Il place ce faisant la barre haute pour son concurrent AMD mais aussi pour Intel, qui rentrera sur le marché l'année prochaine.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Nvidia dévoile ses nouvelles GeForce, dont la titanesque RTX 3090
Nvidia dévoile ses nouvelles GeForce, dont la titanesque RTX 3090 © Nvidia

Après un mois de "teasing", Nvidia a enfin annoncé mardi 1er septembre au soir sa nouvelle génération de GPUs grand public. Jensen Huang, le cofondateur et CEO de l'entreprise, a présenté trois nouvelles GeForce : les RTX 3070, RTX 3080 et RTX 3090. Cette dernière prend la suite des modèles Titan dont les performances sont poussées à l'extrême.

Ces nouvelles GeForce sont basées sur l'architecture Ampere, déjà utilisée par certaines puces Nvidia destinées au marché professionnel (Orin pour les véhicules autonomes et l'A100 pour les serveurs), mais dans des configurations très différentes.

Un bond dans les performances
Elle permet des gains de performances importants sur lesquels Jensen Huang s'est attardé. Là où la première génération de puces RTX a dû faire des sacrifices en matière de gains de performances purs pour intégrer les RT Core et l'accélération matérielle du ray tracing, ces nouveaux GPU combinent améliorations pour le ray tracing et les performances graphiques générales. Le message se voulait on ne peut plus clair : les joueurs qui s'en sont tenus à leur GeForce GTX 10 Series peuvent acheter les yeux fermés.

Concrètement, Nvidia annonce que la RTX 3070 (vendue à partir de 519 euros) est plus rapide que la RTX 2080 Ti, tandis que la RTX 3080 (719 euros) est deux fois plus puissante que la RTX 2080. Quant à la RTX 3090, baptisée "BFGPU" en référence au mythique BFG 9000 de DooM, il s'agirait du premier GPU à permettre de jouer en résolution 8K à 60 images par seconde. Le tout à partir de 1 549 euros. A titre de comparaison, la GeForce RTX Titan est actuellement vendue 2 749 euros pour des performances moindres. La RTX 3090 serait 50% plus puissante que la RTX Titan. Ses dimensions sont aussi massives que ses performances, avec une longueur de 31,3 cm (la RTX 3080 fait 28,5 cm).
 


Nvidia n'a pas donné tous les détails techniques de chaque GPU, mais on sait que la La RTX 3090 totalise 10 496 CUDA cores et dispose de 24 Go de mémoire GDDR6X, la RTX 3080 compte 8 704 CUDA cores pour 10 Go de GDDR6X, et la RTX 3070 a 5 888 CUDA cores pour 8 Go de GDDR6. Cette mémoire GDDR6X qui accompagne les deux puces haut de gamme a été développée avec Micron et dispose d'un débit mémoire de 19 Gb/s contre 14 Gb/s pour la GDDR6.

La GeForce RTX 3080 atteint par ailleurs des performances de 30 Shader-TFLOPS, 58 RT-TFLOPS et 238 Tensor-TFLOPS avec ses RT Cores de seconde génération et ses Tensor Cores de troisième génération. En comparaison, la RTX 2080 ne dispose que de 11 TFLOPS pour les Shaders, 34 TFLOPS pour le ray tracing et 89 TFLOPS pour l'intelligence artificielle. Les premières cartes GeForce RTX 3080 seront disponibles le 17 septembre, les RTX 3090 le 24 septembre, et les RTX 3070 au mois d'octobre.

Un nouveau système de refroidissement pour les cartes Founders Edition
La puce comporte 28 milliards de transistors et est gravée par Samsung en 8 nm, ce qui aide grandement à améliorer sa consommation énergétique. Il faudra cependant compter 350 watts de consommation pour la RTX 3090, 320 W pour la RTX 3080 et 220 W pour la RTX 3070. Nvidia se targue aussi d'un nouveau système de refroidissement pour ses cartes maison Founders Edition, dont le système à deux ventilateurs sera trois fois plus silencieux et 30% plus efficace, soit de quoi dissiper 90 watts de plus qu'auparavant.

Par ailleurs chaque GPU gérera le PCIe 4.0 et pourra supporter jusqu'à quatre écrans grâce à trois ports DP 1.4a et un port HDMI 2.1. Le port VirtualLink (connecteur USB C) n'est en revanche plus de la partie. Conçu comme un port dédié pour les casques de réalité virtuelle, il n'a pas connu le succès escompté et n'aura au final fonctionné avec aucun casque. A noter que la RTX 3090, qui occupe trois slots PCI et plus deux, sera également pourvue d'un connecteur NVLink, habituellement réservé aux produits professionnels.
 


Une connexion directe du GPU au SSD
Côté logiciel, Jensen Huang a présenté Nvidia RTX IO, qui tire parti de l'API DirectStorage que Microsoft va intégrer à DirectX. Cette fonctionnalité permet des échanges directs entre le stockage et le GPU, qui pourra effectuer certains traitements de données sans passer par le CPU. De quoi ôter un goulot d'étranglement de plus en plus fréquent, notamment pour la décompression de données sur les disques SSD les plus récents, en déchargeant le CPU.

Il a aussi rapidement évoqué Nvidia Reflex, qui doit permettre de réduire la latence, Nvidia Broadcast pour simplifier le streaming vidéo sur Twitch et autres services du même genre, et Omniverse Machinima. Ce dernier est a priori basé sur l'outil de création 3D collaboratif professionnel Omniverse, mais servira ici à créer des vidéos à l'aide des moteurs de jeu. Peu de détails ont été communiqués.

La concurrence aura du mal à suivre
Nvidia a réussi le pari du ray tracing avec Turing, mais il ne se repose pas sur ses lauriers. Que ce soit au niveau du support logiciel (avec toujours plus de jeux compatibles RTX, dont Fortnite et le prochain Call of Duty) ou des gains de performance de ces nouvelles puces RTX 30 Series, mais aussi de leur meilleur rapport performance/prix, il ne ménage pas ses efforts pour solidifier sa place de numéro un.

Les professionnels devraient se ruer sur la RTX 3090, tandis que les gamers avides de performances opteront pour les 3080 ou 3070. AMD risque d'avoir du mal à être compétitif face à ces produits, même avec RDNA2, et Intel aura fort à faire pour convaincre lors du lancement de son Xe HPG l'année prochaine.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media