Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Ransomware : La plateforme de cryptomonnaie Suex placée sur liste noire par Washington

Le Trésor américain a pris une série de sanctions contre la plateforme de cryptomonnaie Suex, qui opère depuis la Russie. Elle est accusée d'avoir facilité le versement illégal d'argent à la suite de ransomwares. Les ressortissants et entreprises américains n'ont plus le droit d'utiliser ce service. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Ransomware : La plateforme de cryptomonnaie Suex placée sur liste noire par Washington
Ransomware : La plateforme de cryptomonnaie Suex placée sur liste noire par Washington © Unsplash

L'Administration Biden a mis ses menaces à exécution. L'Office of Foreign Assets Control (OFAC), l'organisme de contrôle financier américain dépendant du Trésor, a placé le 21 septembre sur la liste SDN (Specially Designated Nationals) Suex, une plateforme de cryptomonnaie accusée d'avoir facilité le versement illégal d'argent à la suite de ransomwares.

Interdiction d'utiliser Suex
Par conséquent, les ressortissants et entreprises américains n'ont plus le droit d'utiliser cette plateforme pour effectuer des transactions en cryptomonnaies. C'est l'Executive Order 13964, l'équivalent d'un décret présidentiel, adopté le 1er avril 2015 par Barack Obama et amendé à plusieurs reprises qui a instauré un tel régime de sanctions.

Lancée en février 2018, l'entreprise Suex promet de convertir les sommes de cryptomonnaies en espèces et de faciliter les échanges de cryptomonnaies contre des actifs physiques, tels que des biens immobiliers, des voitures ou encore des yachts.

Des succursales en Russie
Elle est légalement basée en République Tchèque, d'après ses conditions d'utilisation. Or, elle n'a aucune présence physique dans ce pays. A la place, elle opère à partir de succursales à Moscou, à Saint-Pétersbourg ainsi que dans d'autres endroits en Russie et au Moyen-Orient, détaille Chainalysis, une société spécialisée dans l'analyse des flux de cryptomonnaies qui a aidé Washington à débusquer Suex.

Suex est une plateforme OTC, de gré à gré. Ce qui signifie qu'elle permet au vendeur et à l'acheteur de conclure des transactions sans passer par un intermédiaire. Ce type de marché est particulièrement utilisé pour les organismes désirant acheter ou convertir de grosses sommes en cryptomonnaies. Ce qui est notamment le cas des cybercriminels.

40% des transactions sont litigieuses
"Suex a facilité les transactions financières portant sur le produit illicite généré par au moins huit acteurs de ransomwares", écrit le Trésor dans son communiqué. Près de 40% des transactions opérées via Suex "étaient liées à des acteurs illégaux", ajoute-t-il. Plus précisément, la plateforme litigieuse a reçu près de 13 millions de dollars par des opérateurs de ransomware, dont Ryuk, Conti et Maze, d'après Chainalysis.

A travers cette première sanction, l'Administration Biden souhaite dissuader les hackers d'utiliser les cryptomonnaies comme moyen de paiement. La fermeture sur le territoire américain des principaux opérateurs à l'origine de blanchiment d'argent a pour objectif de bloquer les criminels. Ces derniers ne pourront plus convertir ou stocker les cryptomonnaies récupérées sous forme de rançon.

Mais cette stratégie a des limites car l'interdiction n'est valable que sur le territoire des Etats-Unis or la menace liée aux cyberattaques dépasse largement les frontières. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.