Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Transition numérique : cinq pièges à éviter pour les entreprises

Etre noyé dans l'océan du net, être mal conseillé, se faire pirater ses données… Réussir sa transition numérique relève souvent de la gageure. L’Usine Digitale est allé à la rencontre d’experts de la question au Salon des Entrepreneurs, le 5 février. Voici les cinq pièges à éviter pour opérer cette mutation en douceur.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Transition numérique : cinq pièges à éviter pour les entreprises
Transition numérique : cinq pièges à éviter pour les entreprises

1 - Travailler dans l’urgence

"Nous ne sommes pas les pompiers de service", s’exclame Laurent Cagna, conseiller mutation numérique Paris Région Entreprise, qui aide les TPE - PME à basculer sur le web. "Pour ne pas être pris de court, l’idéal est de penser sa transition numérique trois mois avant une étape importante pour son entreprise, comme un basculement vers l’international ou le lancement d’un nouveau produit", complète Jean-Baptiste Roger, le directeur de La Fonderie, chargé de la même mission.

Réfléchir en amont permet de garder la tête froide. Si vous voulez vous lancer dans le e-commerce par exemple, il faut se concentrer sur des réalités très prosaïques : "Qui livrera les produits aux clients ? Si c’est votre entreprise, il faudra acheter des cartons, du scotch et disposer d’un lieu de stockage spécifique", détaille Bertrand Gauthier, directeur du pôle Economie Numérique du CEFAC.

2 - Perdre de vue ses objectifs

"De nombreuses entreprises de conseil en numérique noient leurs clients sous un flot de préconisations. Cela leur permet de vendre des prestations plus chères, étalées sur plusieurs mois", alerte Michel Sasson, dirigeant de Sasson Conseil. Pour ne pas se laisser piéger "il faut noter sur une feuille de papier  le but que vous vous êtes fixé pour votre passage au numérique (toucher un plus grand nombre de clients ou mieux communiquer avec ses équipes en interne par exemple). Vous mettez cette feuille dans une enveloppe. Lorsque vous avez défini votre stratégie, ouvrez l’enveloppe et vérifiez que la cible sera bien atteinte si vous suivez votre feuille de route. Cela vous évitera de partir dans tous les sens", préconise Jean-Baptiste Roger. "Il faut se fixer des objectifs mesurés, empiler une brique après l’autre pour que l’édifice tienne la route, sinon, c’est la déception garantie", souligne Jean-Baptiste Roger.

3 - Noyer ses équipes sous les procédures

"Les infirmières, il y a 20 ans n’écrivaient pas. Elles employaient leurs journées à soigner les malades. Aujourd’hui, 30% de leurs temps à l’hôpital est consacré à l’écriture de rapports pour leur hiérarchie. Lorsque vous pensez votre transition numérique, pour mieux contrôler vos équipes par exemple, ne perdez pas ce problème de vue", pointe Michel Sasson.

Plus vous ajoutez de "process de contrôles" dans votre entreprise, moins vos salariés passeront de temps à produire effectivement, à développer le business. "Il faut piocher le matériel dont vous avez strictement besoin dans la boite à outils du net, mais ne surtout pas ajouter plus de procédures que nécessaire, voire en enlever lorsque c’est possible", conclut-il.

4 - Faire confiance à des amateurs

"Donner six mois à un stagiaire pour qu’il popularise votre entreprise sur le net, le laisser créer et gérer seul votre page Facebook, c’est NON", insiste Michel Sasson. Et de poursuivre : "Votre cousin qui fait des sites Internet pour des groupes de hard rock ne saura PAS faire un site web correct pour votre entreprise."

Pour réussir votre transition numérique, il vaut mieux passer un temps court, mais avec de vrais professionnels. Sur le site transition-numerique.fr, les entrepreneurs peuvent trouver le pôle numérique public le plus proche de chez eux. Ces organismes, souvent situés dans les chambres de commerce et de l’industrie régionales, proposent une aide gratuite et des cours en ligne d’initiation au numérique (des webinars) deux fois par mois.

5 - Héberger ses données à l’étranger

Lorsque vous confiez vos datas à un site de cloud basé aux Etats-Unis, la loi Acta s’applique. Elle donne le droit à l’Etat américain de piocher dans vos données (brevets, fichiers clients…) librement sans que cela soit considéré comme du piratage. "Voilà pourquoi je milite pour le hébergé in France", s’amuse Jean Baptiste Roger.

Lélia de Matharel

Plan France Très haut débit, les collectivités engagées

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media