Actualité web & High tech sur Usine Digitale

[Web Summit] Uber fait équipe avec la Nasa pour son projet de taxis volants "Elevate"

mis à jour le 10 novembre 2017 à 16H30
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vidéo Jeff Holden d'Uber a annoncé au Web Summit que l'entreprise travaille avec la Nasa au développement d'un système de contrôle aérien urbain. Le géant des VTC envisage de tester des engins volants à Los Angeles en 2020.

Uber fait équipe avec la Nasa pour son projet de taxis volants Elevate
[Web Summit] Uber fait équipe avec la Nasa pour son projet de taxis volants "Elevate" © Web Summit

Après avoir débauché un ingénieur chevronné de la Nasa pour son projet d'engin volant, Uber décroche un partenariat avec l'agence américaine en charge de l'aéronautique et du spatial. Jeff Holden, Chief product officer de la marque, l'a annoncé au Web Summit de Lisbonne ce 8 novembre. La prestigieuse institution américaine va aider l'entreprise à développer un logiciel de contrôle automatisé de l'espace aérien adapté au système de transport urbain qu'elle veut créer.

 

La Nasa, un allié précieux

Uber va s'appuyer sur la technologie "UTM" ("unmanned aerial system trafic management") développée par la Nasa pour surveiller le trafic à basse altitude, drones de livraison, engins de surveillance, drones agricoles, taxis volants… "Vu l'augmentation programmée du trafic dans les villes à basse altitude, nous avons besoin de repenser les fondations du système de suivi de l'espace aérien", a expliqué Jeff Holden, qui entend travailler également avec la FAA et l'US Air Force. La Nasa travaille en interne sur ce système depuis déjà plus de trois ans.

 

Multiplications des partenariats

Ce n'est pas le premier partenaire crédible qu'Uber embarque dans son projet "Elevate". L'américain collabore aussi avec le constructeur aéronautique brésilien Embraer, l'américain Bell Helicopter, le slovène Pipistrell aircraft…  Mais aussi l'américain Aurora flight sciences, spécialiste des systèmes autonomes, qui vient tout juste d'être racheté par Boeing. Uber travaille aussi sur un système de recharge rapide (car ses appareils seront électriques) avec la start-up ChargePoint et collabore avec l'entreprise Hillwood pour créer des "skyports" urbains, sorte de stations de taxis posées sur le toit des buildings, dans des lieux stratégiques.

 

Objectif 2020

Uber a réaffirmé au Web Summit son ambition de mener de premiers vols d'essais en 2020 à Los Angeles. A long terme, une fois la technologie mature (et les obstacles réglementaires et techniques levés), le service "Uber Air" (assuré par des appareils à décollage et atterrissage verticaux, dotés de six rotors… et d'un pilote humain) ne serait pas plus cher qu'une course "Uber X " sur la terre ferme, assure Jeff Holden. "Nous ne voulons pas d'un service de luxe, comme les hélicoptères aujourd'hui, mais d'un service que tout le monde peut utiliser", explique le CPO. "Notre but est de rendre ce mode de transport plus économique que l'utilisation d'un véhicule personnel. Nous y arriverons en produisant ces appareils en masse et de façon automatisée, un peu comme des voitures (avec une conception mécanique simplifiée requérant moins de maintenance), en optimisant leur consommation énergétique, en les exploitant de façon intensive". Pas le moindre des challenges à relever !

 

La présentation du concept Uber Air en vidéo :

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale