Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Amazon Go bientôt dans les aéroports et cinémas américains... et en Europe ?

L’e-commerçant réfléchit au déploiement de sa technologie propriétaire Amazon Go Cashierless en envisageant des alliances avec CIBO Express Gourmet Markets, enseigne de restauration premium, et la chaîne de cinéma Regal. Une stratégie qui pourrait avoir des conséquences très concrètes en Europe... Explications.
mis à jour le 01 octobre 2019 à 11H11
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Amazon Go bientôt dans les aéroports et cinémas américains... et en Europe ?
Amazon Go bientôt dans les aéroports et cinémas américains... et en Europe ? © Amazon

Selon le site de CNBC, qui cite des sources proches du dossier, Amazon chercherait désormais à déployer son concept de magasin automatisé dans les aéroports et les cinémas américains. Afin de développer la technologie Go Cashierless dans des lieux stratégiques en matière de flux de consommateurs, l’e-commerçant serait en pourparlers avec CIBO Express Gourmet Markets, une enseigne de restauration premium présente dans une dizaine d’aéroports aux Etats-Unis, et les cinémas Regal.

 

Il ne s’agirait pas pour Amazon de dupliquer à l’identique son concept lancé en 2018, mais plutôt de proposer sa technologie et ce sans supporter de coûts liés à l’acquisition ou à la location d'immobilier. Aucune des entreprises citées n’a souhaité commenter cette information.

 

Un réseau potentiel de points de vente physiques... en Europe

S’appuyer sur un réseau physique existant permettrait donc à Amazon d’accélérer le déploiement de son concept – des sources internes indiquent qu’un délai de 15 jours serait suffisant pour intégrer la techno – et de s’allier à divers partenaires commerçants et surtout, non concurrents. Une stratégie de partenariat qui pourrait enfin permettre à Amazon de s’implanter véritablement dans le commerce physique. L’enseigne CIBO Express Gourmet Markets compte une centaine de restaurants répartis dans les grands aéroports américains. Quant à la chaîne Regal Cinemas, elle revendique près de 600 cinémas dans le monde.

 

Au-delà du nombre de sites potentiels, il est intéressant de noter que Regal appartient depuis 2017 au britannique Cineworld, deuxième plus grande chaîne de cinéma, et présente au Royaume-Uni, en Irlande, Pologne, Roumanie, Israël, Hongrie, République Tchèque, Bulgarie et Slovaquie. Une véritable porte d’entrée en Europe. La société de Jeff Bezos, qui a par ailleurs des difficultés à exporter son concept hors Etats-Unis, pourrait ainsi débarquer sur le Vieux Continent... là où on ne l'attend pas vraiment.

 

Gagner des parts de marché sur le cloud

Des centaines de magasins pourraient être concernés d'ici la fin 2020. Des chiffres à considérer avec une certaine prudence. Si Amazon compte 16 magasins automatisés répartis dans quatre villes  américaines, les ambitions de l’e-marchand sont pourtant bien plus vastes, avec 3 000 magasins Go visés d'ici 2021. Alors perçu à l’époque comme une volonté démesurée de devenir rapidement une enseigne de proximité, ce chiffre prend une nouvelle dimension à l’aune de ces alliances si celles-ci concrétisaient, transformant Amazon en  prestataire technologique, comme il l'est déjà sur le cloud.

 

Ce type de collaboration pourrait également permettre à Amazon, leader sur ce marché, d’enregistrer une croissance supplémentaire de son activité cloud. Si selon une source interne, l’implémentation d’Amazon Go ne nécessite pas de migration vers Amazon Web Services, le retailer pourrait néanmoins profiter du déploiement pour promouvoir AWS, alors que de grands distributeurs comme Walmart, Walgreens ou Albertsons ont choisi l’offre cloud de Microsoft.

 

Un business model à définir 

Reste à convaincre les retailers de consentir à de sérieux investissements. Si on ne connaît pas exactement le coût de la technologie propriétaire d’Amazon, Bloomberg révélait en 2018 que la création du premier Amazon Go aurait coûté un million de dollars d'investissements, rien que pour la partie hardware. Le New York Times estimait pour sa part que chaque unité nécessite plusieurs milliers de caméras afin de suivre les mouvements de clients, ainsi qu'un investissement R&D continu. Comment Amazon compte-t-il développer son business model pour amortir les coûts, très élevés, de cette technologie ? Il pourrait prélever une commission sur les ventes, ou choisir de se positionner uniquement comme un fournisseur de techno.

 

En France, les magasins automatisés n’en sont qu’à leurs prémices. Réservés aux collaborateurs - à l’instar d’Amazon Go à ses débuts - ils ne sont pour le moment pas prévus pour être déployés. Ainsi, Carrefour Flash à Massy, dont l'ouverture a été repérée par nos confrères de LSA, mais aussi Auchan Minute près de Lille, sont toujours en phase expérimentale. Seul le 4Casino est accessible à ce jour au grand public.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media