Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Coalition Next mise sur les start-up pour transformer le système de santé

Coalition Next lance pour la troisième année consécutive un appel à projets pour déployer des solutions innovantes dans les établissements de soins. Trois thèmes ont été retenus : l'optimisation du temps médical, l'amélioration de la prise en charge du patient et l'intégration du patient au coeur de sa santé. Le financement est apporté par les industriels de santé, membres de l'initiative. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Coalition Next mise sur les start-up pour transformer le système de santé
Coalition Next mise sur les start-up pour transformer le système de santé © Coalition Next

Coalition Next, une coalition d'acteurs dans la santé, dresse ce mercredi 16 février le bilan du déploiement des deux dernières éditions et se mobilise pour un troisième appel à projets.

Les membres de cette initiative rassemblent des industriels de santé (Chugai, GSK, Ipsen, Lilly, Medtronic, Norgine, Novartis, Pfizer, Roche, Takeda, Viatris et Harmonie Mutuelle), des structures de soins (l'AP-HP, Vivalto, Santé, les CHU de Bordeaux, Brest, Nantes et Toulouse, l'Institut Bergonié, l'Institut de Cancérologie de l'Ouest et l'Institut IMAGINE) et des associations de patients (l'Association Étincelle IDF, l'Association IRIS Déficits Immunitaires Primitifs). Ils sont soutenus par les pouvoirs publics via Bpifrance.


Une initiative née du Covid-19 
Pascal Becache, co-fondateur du Digital Pharma Lab, l'accélérateur à l'origine de Coalition Next, raconte à L'Usine Digitale l'avènement de cette initiative en mars 2020. Durant la première vague de la pandémie de Covid-19, "les personnes atteintes de maladies chroniques ne sont pas allées à l'hôpital engendrant des pertes de chance". Face à cette situation, un groupe de laboratoires pharmaceutiques a appelé à l'adoption de solutions numériques pour recréer un lien entre les patients et les structures de soins. Digital Pharma Lab a été mandaté pour trouver des start-up proposant des solutions innovantes pouvant répondre à cette problématique.

L'objectif de cette initiative est de promouvoir l'expérimentation et adopter dans la durée des solutions accessibles au plus grand nombre de patients. Les start-up sélectionnées doivent donc proposer un service ou un produit fini et pouvant onc être déployé à grande échelle. "Ensemble, nous avons pour ambition de transformer le système de santé, l'améliorer, lui apporter un peu plus d'abondance là il y a de la rareté", déclare Pascal Becache.

Le fonctionnement de Coalition Next est le suivant : des appels à projets sont lancés puis les industriels de santé sélectionnent les start-up qu'ils souhaitent financer pour un déploiement rapide dans des établissements de santé.

Deux appels à projets pour 3,5 millions d'euros
Le premier appel à projets, lancé en mars 2020, a rassemblé 400 candidatures, parmi lesquelles 19 ont été retenus, tels que Calmedica, myCharlotte, Biosensy, Cureety, Kap Code, Ambulis ou encore Chronolife. Une quinzaine de projets ont été déployés dans 40 établissements concernant 20 000 patients. Le montant global de l'accompagnement a été de 2,5 millions d'euros.

Fort de ce succès, un deuxième appel à projets a été engagé en 2021. 320 candidatures ont été reçues, parmi lesquels 10 projets ont été retenus tels que DirectoSanté, SimforHealth… Ils sont en cours de déploiement dans une vingtaine d'établissements avec une enveloppe globale d'un million d'euros.

Le troisième appel à projets vient donc d'être lancé. Il se concentre sur trois thématiques : l'optimisation du temps médical, améliorer la prise en charge du patient via le lien hôpital-ville-domicile et donner au patient des moyens supplémentaires d'être acteur de sa santé. "Le choix des thématiques est le fruit d'une longue discussion entre les industriels de santé et les établissements de soins, détaille le co-fondateur. De leurs côtés, les industriels avaient des idées tournant autour de leurs médicaments et de leurs ères thérapeutiques. Les établissements voulaient plutôt se concentrer sur l'organisation des soins."

L'objectif est de déployer les solutions sur le terrain
Pascal Becache insiste sur le fait que Coalition Next n'est pas un incubateur. "Nous ne sommes pas là pour donner des conseils aux start-up mais pour qu'elles déploient et expérimentent leurs solutions sur le terrain", explique-t-il. Pour les hôpitaux, c'est aussi une occasion de tester des solutions. "C'est une capacité transformationnelle fantastique", ajoute-t-il. Egalement, les industriels de santé peuvent "voir ce qu'il se passe sur le marché, les solutions proposées par les start-up…".

D'après les deux premiers appels à projets, "les solutions qui plaisent le plus sont celles relatives à l'organisation des soins et la prise en charge du patient, note Pascal Becache. Tout le monde s'accorde là-dessus". Il reconnaît également que beaucoup de jeunes pousses spécialisées dans la santé proposent des solutions similaires et que certaines souffrent d'un manque de "sens business". "Dans la santé, ce n'est pas très facile. C'est un secteur très réglementé et les débouchés ne sont pas toujours évidents. La puissance publique a mis du temps à envisager le remboursement de produits digitaux", analyse-t-il.

Sur le sujet du remboursement, les choses changent peu à peu en France. En effet, la généralisation du remboursement de la télésurveillance médicale est prévue au plus tard au 1er juillet 2022 après 7 ans d'expérimentation dans le cadre du programme ETAPES. "C'est une révolution. Cela donne un vrai sens économique aux start-up, se réjouit Pascal Becache. Mais il y a encore plein d'obstacles à franchir comme l'adoption par les médecins au-delà des exigences réglementaires."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.