De nouvelles restrictions américaines achèvent de bloquer l'accès de Huawei aux puces électroniques

Les Etats-Unis ont adopté une nouvelle mesure qui empêche toute entreprise, américaine ou non, de vendre des puces utilisant une technologie ou une architecture américaine à Huawei ou à l'une de ses filiales.

Partager
De nouvelles restrictions américaines achèvent de bloquer l'accès de Huawei aux puces électroniques

L'administration Trump a adopté une nouvelle mesure lundi 17 août 2020 dont le but est de couper encore plus Huawei de l'industrie de l'électronique grand public. Il n'est désormais plus possible, rapporte Reuters, de vendre à Huawei des puces conçues à l'aide d'une technologie américaine sans avoir obtenu une licence spéciale au préalable. Peu importe que ce fournisseur soit américain ou non. Les Etats-Unis comblent ainsi les lacunes des précédentes sanctions, adoptées en mai dernier.

De nouvelles filiales de Huawei sur la liste
Le gouvernement Trump en profite pour ajouter 38 autres filiales de Huawei, basées dans 12 pays, à la liste. Celle-ci comporte désormais un total de 152 filiales du groupe chinois. Concrètement, cette nouvelle mesure pourrait complètement bloquer l'accès aux puces, mêmes les plus standards, à Huawei. Aujourd'hui il est impossible de savoir combien de fournisseurs ont obtenu une licence leur permettant de commercer avec Huawei, s'ils auront besoin d'une nouvelle licence avec cette mesure, ou même si l'administration prévoit d'accorder de telles dérogations. Tout juste sait-on que Qualcomm en aurait fait la demande.

Huawei perd sa licence temporaire Android

 

La licence temporaire permettant à Huawei de proposer des mises à jour pour les smartphones déjà commercialisés sous Android a été révoquée. Il est donc désormais illégal pour Google et d'autres développeurs logiciels de fournir des mises à jour à Huawei.

Cette annonce va probablement perturber la chaîne d'approvisionnement mondiale. Au-delà de Huawei, c'est un coup dur pour les fondeurs qui devront eux aussi demander des licences d'exploitation. En Asie, les fondeurs coréens Samsung Electronics et SK Hynis, le Japonais Sony et le Taïwanais MediaTek pourraient être affectés par cette décision, a affirmé à Reuters un responsable travaillant chez un industriel du secteur.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS