Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Et le MIT invente le téléphone qui s’assemble tout seul

Vidéo Jetez six composants de plastique et d’électronique dans une cuve qui tourne, attendez quelques minutes, et fabriquez un mobile qui marche ! C’est la recette d'une industrie du futur que le chercheur du MIT, Skylar Tibbits, étudie avec ses équipes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Et le MIT invente le téléphone qui s’assemble tout seul
Et le MIT invente le téléphone qui s’assemble tout seul © capture MIT Self Assembly Lab

Abracadabra ! Regardez-bien, cet homme va jeter six éléments d’électronique et de plastique dans une cuve qui tourne, et en quelques minutes, il va obtenir… Ta da ! Un téléphone qui fonctionne ! Cet homme, c’est Skylar Tibbits. Et malgré son nom qu’on dirait sorti tout droit d’un tome de Harry Potter, il n’est pas magicien. Il se décrit lui-même comme un architecte, artiste et informaticien.  Et surtout, il dirige le self assembling lab du MIT (Massachussets Institute of Technology).

 

Mélangez, c'est fabriqué !

Ce laboratoire, multi-disciplinaire - forcément - explore comme son nom l’indique toutes les pistes de nouveaux procédés de fabrication d’objets par auto-assemblage. Quelle que soit l’échelle, quels que soient les matériaux utilisés, et quelle que soit l’énergie utilisée… Et dans une vidéo toute simple et néanmoins impressionnante par son sujet, il expérimente cet étonnant assemblage d’un téléphone à partir de six morceaux simplement secoués dans une cuve en rotation. Le résultat est certes moins glamour qu’un smartphone du marché. Mais le procédé est bluffant !

 


 

Cell Phone Self-Assembly from Self-Assembly Lab, MIT on Vimeo.

 

Le Self Assembling Lab imagine d’un côté, de nouvelles géométries qui prennent en compte les caractéristiques des matériaux, et de l’autre, l’utilisation de divers types d’énergie permettant l’auto-assemblage, qu’il s’agisse de chaleur, d’agitation, de gravité, etc.

 

innovation de rupture

Aujourd’hui, on imagine plutôt l’industrie du futur avec des imprimantes 3D, des robots, des plates-formes numériques en appelant à la foule, des fablabs, des processus courts et locaux, des micro-usines sur le modèle de celles de Local Motors… Mais si finalement, ce n’était qu’une étape technologique vers une transformation bien plus radicale des processus ? Et si les objets s’auto-assemblaient ? C’est donc le pari du Self assembly lab. On en est tout secoués.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media