Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'une des plus importantes marketplaces illégales du darknet a été démantelée par Europol

Un consortium de polices européennes, australienne et américaine, chapeauté par Europol, a réussi à démanteler le site "DarkMarket" sur lequel 140 millions d'euros de transactions ont été réalisées grâce à la vente de produits illicites, logiciels malveillants, armes... Plus de 20 serveurs ont été saisis et l'opérateur présumé de la marketplace a été placé en détention provisoire.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'une des plus importantes marketplaces illégales du darknet a été démantelée par Europol
L'une des plus importantes marketplaces illégales du darknet a été démantelée par Europol © DarkMarket/Europol

Europol, l'agence européenne de police criminelle, a annoncé dans un communiqué le démantèlement de "DarkMarket", l'une des plus importantes marketplaces du darknet (un sous-réseau d'Internet uniquement accessible à l'aide d'un logiciel spécifique) sur laquelle se vendaient des armes, des substances illicites, des papiers d'identités volés, des logiciels malveillants…

Une coopération internationale
Cette opération s'inscrit dans le cadre d'une coopération à l'échelle internationale entre différents services polices en Allemagne, Danemark, Moldavie, Ukraine, Royaume-Uni, Australie. Les Etats-Unis ont également participé à l'enquête via le FBI, l'agence antidrogue américaine (DEA) et l'Administration fiscale (IRS).

La justice allemande explique que cette marketplace illégale comptait, avant l'arrêt des serveurs, près de "500 000 utilisateurs et plus de 2400 vendeurs". Au total, "au moins 320 000 transactions ont été effectuées" en cryptomonnaie via ce site, d'après le parquet allemand de Coblence. Ce qui représente un montant total de 140 millions d'euros.

Plus de 20 serveurs saisis
L'opérateur présumé de DarkMarket, un citoyen australien, a été arrêté à la frontière germano-danoise et placé en détention provisoire. En parallèle, "plus de 20 serveurs en Moldavie et en Ukraine" ont été saisis. Les données qui y sont stockées devraient offrir aux enquêteurs des pistes pour retrouver les modérateurs, revendeurs et les clients.

Ce démantèlement est lié à l'opération menée en septembre 2019 contre "Cyberbunker", un hébergeur de services illégaux du darknet situé dans un ancien bunker de l’Otan, près de Traben-Trarbach en Allemagne. Durant leur opération, les forces de l’ordre avaient saisi environ 200 serveurs. Un procès est en cours devant la justice allemande pour juger les auteurs de cette infraction. Quatre Néerlandais, trois Allemands et un Bulgare sont sur le banc des accusés.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media