Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La 5G n'a pas augmenté le niveau d'exposition aux ondes selon l'ANFR (pour l'instant)

L’Agence nationale des fréquences a mesuré l'effet de la mise en service des antennes 5G sur le territoire. L'exposition est comparable avant et après l'introduction de la 5G, malgré un niveau légèrement supérieur dans la bande de fréquences 3,5 GHz.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La 5G n'a pas augmenté le niveau d'exposition aux ondes selon l'ANFR (pour l'instant)
La 5G n'a pas augmenté le niveau d'exposition aux ondes selon l'ANFR (pour l'instant) © Orange

Après avoir mesuré le niveau d'onde transmis par les smartphones 5G au corps humain, l'Agence nationale des fréquences (ANFR) se penche sur le niveau d'onde émis par les antennes 5G. Après avoir mesuré l'effet de la mise en service des antennes 5G sur le territoire, l'ANFR arrive à la conclusion que l'exposition est comparable avant et après l'introduction de la 5G. Son rapport a été publié le 14 décembre 2021.

L'exposition du public aux ondes reste stable
L'ANFR a réalisé 3000 mesures d'exposition du public aux ondes sur les années 2020 et 2021. La  moitié de ces mesures a été réalisée à proximité des sites devant accueillir des antennes 5G avant leur mise en service. L'autre moitié a été réalisée sur ces mêmes sites après la mise en service des antennes. L'objectif étant de comparer le niveau d'ondes avant et après.

Dans le détail, les tests concernant les ondes basses (700 MHz et 2100 MHz) montrent que l'exposition du public à ces ondes reste stable malgré leur adaptation à la 5G. Pour les tests concernant la bande des 3,5 GHz, "les premiers résultats montrent que l’exposition augmente très légèrement, la contribution supplémentaire de cette nouvelle bande pouvant être évaluée à 0,11 V/m", écrit l'ANFR. La limite réglementaire étant fixée à 61 V/m pour cette bande.

Ce sont des antennes à faisceaux orientables qui sont utilisées pour le déploiement de la 5G sur cette bande de fréquence. L'exposition est donc dirigée directement vers les utilisateurs 5G. Mais, comme peu de personnes utilisent ce réseau pour l'instant, l'exposition est réduite, tempère l'ANFR qui entend poursuivre ses mesures pour évaluer l'évolution de l'exposition aux ondes selon le nombre d'utilisateurs.

exposition supérieure mais contenue dans la bande 3,5 Ghz
La 5G étant pour l'instant peu utilisée, l'ANFR a réalisé des mesures spécifiques sur 370 sites 5G supplémentaires. Concrètement, l'agence a mesuré le taux d'exposition aux ondes avec l'utilisation de la bande des 3,5 GHz en générant artificiellement du trafic avec le téléchargement d'un fichier de 1Go. Cela a permis de diriger le faisceau variable de l’antenne vers le point de mesure et d'obtenir une exposition plus représentative de ce qu'elle pourrait atteindre à terme.

"Les premiers résultats montrent une augmentation moyenne de 16% de l’exposition", écrit l'agence. A terme, ce taux devrait grimper à 20%. Toutefois, l'ANFR ajoute que cette nouvelle bande permettra une augmentation de 50% de capacités. Surtout, près de 100% des niveaux mesurés restent inférieurs à 1 V/m.

L'agence assure qu'elle va poursuivre les mesures et le contrôle des niveaux d'ondes émis par les antennes, réalisés à la demande du gouvernement. Pour rassurer le public sur la 5G, le secrétaire d'Etat au numérique Cédric O avait annoncé en octobre 2020 vouloir doubler les contrôles d'exposition aux ondes électromagnétiques réalisés sur les smartphones ainsi que ceux des antennes de téléphonie mobile.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.