Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

MySam ouvre son capital à ses chauffeurs

La start-up albigeoise MySam, qui se présente comme une alternative 100% occitane à Uber, a décidé d'ouvrir son capital à ses chauffeurs, avant une nouvelle levée de fonds prévue pour 2020 et un déploiement à l'international.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

MySam ouvre son capital à ses chauffeurs
Pierre Rosi, fondateur et président de MySam (à gauche), avec l’un des chauffeurs du réseau MySam. © MySam

MySam, la start-up albigeoise créée en 2016 pour développer une nouvelle plateforme de réservation de VTC (voitures avec chauffeurs), vient d'annoncer l'ouverture de son capital à ses chauffeurs. Elle leur propose de devenir actionnaires de la société à partir de 100 euros investis. "L'idée est d'aller jusqu'au bout de la logique de notre concept, avec le développement d'une vraie communauté de chauffeurs et de le faire avant un déploiement à grande échelle de la société", explique Pierre Rosi, fondateur et président de MySam. Après avoir associé ses premiers chauffeurs et ses premiers clients à la définition même de son projet, MySam continue donc à se démarquer de ses concurrents en proposant dorénavant à ses chauffeurs de participer aux choix stratégiques de l'entreprise et d'accéder à ses futures plus-values.

 

Un système de rémunération plus intéressant pour les chauffeurs

La startu-up a construit son modèle sur une meilleure rémunération des chauffeurs, grâce à la mise en place d'un système de double rémunération, qui les encourage à constituer un fichier de clients réguliers. Une fois le nouveau client enregistré dans la base, le chauffeur à l'origine de la première course s'assure une rétro-commission de 3% sur toutes les prochaines courses effectuées par d'autres chauffeurs pour ce même client. "Notre application a été conçue avec et pour les chauffeurs", insiste Pierre Rosi.

 

Le nouveau virage btob

Après un démarrage sur le marché des particuliers, la société vient de prendre un nouveau virage, celui du marché des entreprises, avec le développement de modules dédiés. Une étape accompagnée en 2018 par une première levée de fonds de 565 000 euros accompagnée notamment par le fonds familial tarnais Sacyloyo et le groupe La Dépêche du Midi. Près de 72 entreprises ont déjà choisi de faire appel régulièrement à ses services, dont Air France, Sogeti, Fram ou la société de production Bleu Citron. "Nous avons été retenus pour être référencé sur la nouvelle version de l'application SNCF 'mon chauffeur' et nous venons de signer un nouveau partenariat avec l'agence suisse de voyages en ligne, Kuoni", souligne par ailleurs Pierre Rosi.

 

Cap sur l'international

Des accords de partenariat qui devraient être suivis rapidement par une nouvelle phase d'accélération, en France, mais aussi à l'international. La société compte faire ses premiers pas en Espagne et en Italie dès les prochains mois avant de se déployer plus largement en Europe. Une nouvelle levée de fonds (pour 1 à 2 millions d'euros) est prévue début 2020 pour accompagner cette nouvelle étape de croissance.

 

Avec 5 000 chauffeurs au compteur et un fichier de plus de 34 000 clients particuliers, la start-up s'impose déjà – certes très loin derrière Uber - dans le top 10 des applications créées ces dernières années en France. "Nous sommes surtout l'un des rares à être déjà disponible sur une cinquantaine de villes françaises", se félicite Pierre Rosi.  Avec un effectif de 7 salariés, MySam a réalisé un chiffre d'affaires de 75 000 euros en 2018 et table sur 200 000 euros pour cette année.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale