Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

On sait maintenant à quelle sauce Foxconn va cuisiner Sharp... et elle aura un goût amer

Foxconn, qui s’apprête à finaliser l’acquisition de Sharp, prépare un plan drastique de restructuration du groupe japonais. Au programme : des suppressions massives d’emploi mais surtout un changement radical de culture de l’entreprise.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

On sait maintenant à quelle sauce Foxconn va cuisiner Sharp... et elle aura un goût amer
Sharp va être géré à la taïwanaise © D.R. - Sharp

Le suspense se termine pour Sharp. Le groupe japonais d’électronique, dont Foxconn s’apprête à finaliser l’acquisition le 1er juillet 2016, va subir un plan drastique de restructuration. C’est ce que Terry Gou, président-fondateur du géant taïwanais de la sous-traitance électronique a promis lors de l’assemblée générale de ses actionnaires à Taipei, le 22 juin 2016.

 

Supression de 7000 emplois

Le patron de Hon Hai Precision Industry (nom officiel de Foxconn) s’est gardé d’indiquer le nombre de suppressions d’emplois que cela implique. Le journal The Japan Times parle de 7000 postes, essentiellement à l’extérieur du Japon, soit près de 15% de l’effectif total. A priori, ni les écrans LCD, ni les panneaux solaires, ni la télévision, les trois activités en déficit chronique, ne seront arrêtées.

 

Terry Gou reconnait un grand potentiel en termes d’innovation et de technologies à Sharp. C’est ce qui a motivé son investissement de 389 milliards de yens, l’équivalent de 3,7 milliards de dollars, pour en prendre 66% du capital. Il met les difficultés chroniques du groupe japonais sur le dos du management qu’il juge incapable de traduire tout le potentiel de l’entreprise en résultats économiques. Au-delà de la réduction des coûts, il veut surtout insuffler un changement radical de culture d’entreprise.

 

Changement de management dès juillet 2016

C’est pourquoi, dès la finalisation de la transaction, Kozo Takahashi, le PDG actuel de Sharp, cédera son fauteuil à Dai Cheng-wu, numéro deux de Foxconn et bras droit de Terry Gou. Pour la première fois dans son histoire, le groupe japonais sera dirigé par un Taïwanais. Avec deux mots d’ordre : les produits issus de la R&D devront être commercialisés plus vite, et les activités devront être rentables. Et selon Focus Taïwan, Dai Cheng-wu établira son quartier général, non pas à Osaka, siège de Sharp au Japon, mais à Shenzhen en Chine.

 

Cap sur l'Internet des objets et les applications Smart

Le plan concocté par les dirigeants de Foxconn prévoit quatre ans pour redresser durablement Sharp. Pour tirer tout le potentiel du groupe japonais, il prévoit de mettre le cap sur les écrans Oled, l’Internet des objets, le bureau connecté ou encore l’énergie intelligente.

 

Sur le dernier exercice fiscal clos le 31 mars 2016, Sharp accuse une perte nette de 256 milliards de yens, l’équivalent de 2,4 milliards de dollars, la quatrième sur les cinq derniers exercices.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media