Quand le patron de Lyft plaide pour une ville sans voiture (ou presque)

Dans un article posté sur Medium, le patron de Lyft John Zimmer estime que l'arrivée de flottes de véhicules autonomes performantes va permettre de redéfinir la place de la voiture en ville.

Partager
Quand le patron de Lyft plaide pour une ville sans voiture (ou presque)

En pleine semaine européenne de la mobilité, et alors que plusieurs grandes villes organisent des journées sans voitures (à Paris, ce sera le 25 septembre), le patron de Lyft explique dans un post Medium en quoi les véhicules autonomes peuvent réinventer la ville... et réduire la place des voitures.

Le tout autonome, la fin du tout voiture en ville ?

Tout part d'un constat : les villes ont été pensées et construites uniquement autour de la voiture, explique-t-il. Des voitures qui, pourtant, sont immobiles l'écrasante majorité du temps et consomment beaucoup d'espace – alors que les villes en manquent cruellement. "Les Américains engloutissent 2000 milliards de dollars par an dans leur budget voiture – plus que leur budget alimentation. Pourtant, ces 250 millions de voitures sont utilisées seulement 4% du temps", souligne-t-il. Au nom de la voiture, les villes se sont étalées, des autoroutes urbaines sont nées et des quartiers entiers ont été rasés. Les Etats-Unis comptent 700 millions de places de parking, "plus que la surface de l'Etat du Connecticut", note le dirigeant.

N'est-il pas étonnant de voir Lyft, qui a construit tout son business autour de la voiture, s'en plaindre ? John Zimmer anticipe lui-même cette réaction : "Ce n'est pas la voiture qui est en cause mais son usage. Ou plutôt son non-usage."

la voiture personnelle, aussi incongrue que le dvd en 2025

Pour John Zimmer, l'émergence de réseaux de transports autonomes performants va rendre l'achat d'un véhicule personnel inutile, voire ringard. "En 2025, posséder un véhicule sera aussi incongru qu'acheter un DVD aujourd'hui", prophétise-t-il. Zimmer n'a pas la même vision que celle de Tesla qui estime que c'est l'achat de véhicules autonomes par des particuliers, puis leur partage, qui permettra de rendre la mobilité autonome "mainstream".

Pour Lyft évidemment, c'est n'est pas l'achat de voitures autonomes mais leur utilisation à la demande qui sera la clé de la démocratisation de la conduite autonome.

Pour convaincre les automobilistes de devenir des passagers, il faudra que soient créés des réseaux de transports parfaits (comprenez, une flotte de véhicules autonomes Lyft, puisque la finalité de la tribune est là). Le nombre total de voitures finira donc par reculer, au profit de flottes de véhicules autonomes utilisées de façon beaucoup plus efficaces... Et l'on pourra alors penser les villes non pas en fonction de la voiture mais en fonction des humains, souhaite le patron de Lyft. Qui se met à rêver de trottoirs élargis pour les piétons, de parkings transformés en parcs ou en commerces de proximité. Il n'y a qu'à suivre l'exemple de grandes villes américaines, comme New-York et San Francisco, qui font progressivement reculer la place de la voiture, argumente-t-il.

La troisième révolution (auto)mobile

Nous serions donc à l'aube d'une troisième révolution de la mobilité : après la naissance du chemin de fer, le développement de la voiture, voici l'ère de la mobilité à la demande, sur abonnement. Un changement de modèle qui aura un impact indéniable sur la physionomie de nos villes, veut croire le patron de Lyft.

Lire le post "The third transportation revolution" sur Medium

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS