Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Un anti-spam efficace, outil indispensable pour gagner du temps en entreprise

Détecter qu’un e-mail est un spam prend en moyenne cinq secondes. Mais vu la quantité de messages de hameçonnage que reçoivent chaque jour les internautes, notamment sur leur boite mail professionnelle, ce tri devient vite chronophage. Les entreprises peuvent faire de sérieuses économies en investissant dans un système "anti-pourriel" efficace.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Un anti-spam efficace, outil indispensable pour gagner du temps en entreprise
Un anti-spam efficace, outil indispensable pour gagner du temps en entreprise © Tor Hakon - Flickr - C.C.

Sur les 3,4 millions de mails envoyés chaque seconde dans le monde, 3 millions sont des spams. Un certain nombre de ces messages pirates atterrissent sur les messageries des salariés des entreprises. Utilisation d’espace sur le serveur central, boites mails trop chargées et surtout perte de temps pour le destinataire : aujourd’hui, se verrouiller contre les "pourriels" - ces spam arrivant dans les boîtes mails en grande quantité, issu d'une contraction de pourri et de courriel -  est essentiel. Les spams coûteraient 22 600 euros par an en frais cachés à une PME de 200 employés, qui reçoivent 20 mails par jour, selon le calculateur de coût vade-retro.

 

Pour barricader les boites mails de son entreprise, il existe plusieurs systèmes. Le plus courant consiste à filtrer les messages en fonction de leur contenu. Grâce à une grille d’analyse, un logiciel détecte si le mail traité est ou non une tentative de hameçonnage. Orange, Free, Microsoft, Google… De nombreuses sociétés ont développé leur méthode de filtrage.

Authentification à la source

La plupart ont un défaut en commun : un certain nombre de mails considérés comme douteux par la grille d’analyse sont éliminés, alors qu’ils n’ont pas été envoyés par des machines. Ils sont stockés dans une boite à spam, que l’utilisateur peut aller consulter. Résultat : il finit par retrier lui-même ses mails, alors que c’était précisément la tâche que l’anti-spam était censé lui épargner.

Plus efficaces, les logiciels qui sélectionnent les messages "à la source" grâce à une authentification préalable, comme celui développé par l’entreprise marseillaise Mail in Black. Lorsqu’un expéditeur inconnu envoie un mail, il reçoit automatiquement une demande d’authentification, que seul un être humain est capable de remplir. S’il répond, il intègre la base de données de la boite mail et ne devra plus jamais s’authentifier. S’il ne répond pas, le logiciel considère que c’est une machine et bloque le spam. D’autres sociétés, comme DPII et son Spamicid, ont créé des systèmes de tri similaires.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media