Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

CES 2015 : la Mercedes autonome F015, la réponse de Daimler à Google

Lundi 5 janvier, Daimler a dévoilé le F015 Luxury of Motion. Ce concept de Mercedes autonome est une réponse forte à l'offensive dans l'automobile des grands de la high-tech, Google en tête.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

CES 2015 : la Mercedes autonome F015, la réponse de Daimler à Google
CES 2015 : la Mercedes autonome F015, la réponse de Daimler à Google © Mercedes

"Je ne suis pas un robot, je suis allemand !" Sur la scène du Chelsea Theater de Las Vegas (États-Unis), Dieter Zetsche aurait pu ajouter : "Je suis l'inventeur de l'automobile et je compte le rester". Et c'est un peu ce qu'a fait le patron de Daimler en dévoilant le F015 Luxury in Motion. Ce concept de véhicule totalement autonome est la réponse d'une firme née il y a 129 ans à tous ceux qui pensaient tuer les constructeurs automobiles.

Repenser l'automobile

Que cette réponse ait lieu au Consumer Electronics Show (CES), la grand messe des spécialistes des smartphones, de la connectivité et autres géants d'Internet ne doit rien au hasard. Daimler a ainsi réaffirmé que les constructeurs automobiles restaient bien les meilleurs spécialistes de leur domaine, n'en déplaise à Google et consorts. Plus qu'un véhicule autonome bourré de radars, de Lidars et d'écrans, le F015 se veut surtout une nouvelle vision de l'automobile. "Nous avons voulu la repenser", résume le président de Daimler.

Retrouvez la vidéo de présentation du concept F015 de Mercedes

Cocon

D'un seul tenant, épuré presque comme une goutte d'eau, le F015 confirme que Mercedes est revenu dans la course côté design. Cette épure se retrouve dans l'habitacle aux couleurs claires, tout en arrondis : si on s'affranchit de l'obligation de conduire, l'utilisation de l'habitacle devient tout autre. Comme le vol est en soi une expérience, un moment plein, dans l'aéronautique. "La voiture doit être un cocon, un endroit entre le travail et la maison, comme dans un carrosse du XIXe siècle où on peut lire ou jouer", analyse Dieter Zetsche. Dans le F015, les sièges avant et arrière peuvent ainsi se tourner pour mettre les passagers face à face. "Le luxe demain sera de prendre du temps, ajoute Dieter Zetsche. Ce luxe, c'est la voiture autonome."

 

 

Des invités

Si le F015 offre la possibilité de lâcher le volant, celui-ci reste présent dans l'habitacle (contrairement au prototype de la Google Car) pour le plaisir de conduire de temps en temps. Quand la voiture conduit toute seule, les occupants peuvent utiliser les écrans tactiles incurvés présents sur chaque porte. Si Dieter Zetsche évoque l'utilisation des réseaux sociaux ou d'Internet dans ces moments de détente, il redéfinit surtout la place du passager et du conducteur dans ce véhicule autonome : "Ce sont des invités, des voyageurs." Ainsi, l'Allemand recrée un lien spécial avec son client, une image de marque forte.

Voiture connectée aux hommes

Les relations avec les piétons ont aussi été intégrées, le véhicule autonome dispose d'un code couleur : bleu pour les informer qu'elle les a bien détectés, rouge pour prévenir du danger. "Quand un piéton traverse, la calandre de la voiture s'illumine pour suivre le piéton", commente Dieter Zetsche tandis que le concept s'exécute. Le véhicule peut même projeter un passage piéton lumineux sur le sol pour inciter les gens à traverser et leur faire comprendre qu'elle les a vus.

Nouvelle définition de l'automobile

La prouesse technologique du véhicule autonome avait déjà été accomplie l'an dernier par Daimler avec la commercialisation du Classe S autonome à basse vitesse. Avec le F015, l'Allemand va plus loin : il donne une définition nouvelle de ce qu'est l'un des principaux bouleversements du monde automobile depuis presque un siècle. Et répond ainsi à Google qui avait lancé le défi.

Pauline Ducamp, à Las Vegas

Revivez la conférence de Mercedes au CES (la présentation du F015 débute à 15'30) :

La thématique "véhicule autonome" vous intéresse ? Participez à la matinée auto dédiée à ce thème qu’organise L’Usine Nouvelle, avec Jacques Aschenbroich, DG de Valeo comme grand témoin.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

jdfcar
06/01/2015 11h08 - jdfcar

Il est évident que Google n'est pas un industriel de l'automobile et que Daimler à toute sa place. D'un autre coté ces mêmes industriels de l'auto ont tort de se laisser "intoxiquer" par les manœuvres de Google. Tout le monde sait que les infrastructures routières mondiales ne sont ABSOLUMENT pas préparées pour des véhicules autonomes. C'est pure perte de ressources financières pour le moment. L'avion et le train seront les premiers dans le futur à utiliser ces technologies, mais là Google à fort à faire tout simplement. Il s'y risquera même pas. Ce n'est pas dans les transports privés que l'économie durable a y gagner, mais uniquement dans le collectif. La voiture dite autonome sera une "caricature" sur des petits tronçons d'autoroute spécialement aménagés sur quelques pays du nord développés. Ce seront des "jouets" gaspilleurs de ressources.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale