Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

HTC pourrait vendre son activité smartphones à Google

[ACTUALISE] HTC fait face à un dilemme cornélien. Il a connu jusqu'ici un beau succès avec son casque de réalité virtuelle, mais le marché pourrait mettre des années à vraiment décoller. Le souci, c'est que HTC ne peut pas attendre. Son principal business, la vente de smartphones, est en chute libre depuis 5 ans. Pis, les compétiteurs se bousculent au portillon pour investir le marché de la VR d'ici fin 2017. Devant cette conjoncture difficile, le constructeur réfléchirait à vendre tout ou une partie de ses activités.
mis à jour le 08 septembre 2017 à 14H43
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

HTC pourrait vendre son activité smartphones à Google
HTC pourrait vendre son activité smartphones à Google © HTC

Actualisation du 8 septembre : Les dernières rumeurs en provenance de Taïwan font état d'une possible vente de la division smartphone de HTC à Google. L'activité VR Vive ne serait pas concernée par l'opération, qui pourrait aussi prendre la fome d'un partenariat stratégique. Le deal pourrait être bouclé d'ici la fin de l'année, selon Digitimes. En août, les résultats de la marque taïwanaise se sont effondrés, les revenus ont atteint un plus bas depuis 2004. Rappelons que HTC est déjà le fabricant de la gamme de smartphones Pixel de Google.

 

Le constructeur taïwanais HTC, dont les finances sont dans le rouge depuis plus de deux ans, étudierait en ce moment des possibilités de revente, d'après Bloomberg. Les options stratégiques envisagées par le fabricant incluent la séparation de sa business unit Vive pour en faire une société distincte, sa cession à une autre entreprise, voire la vente de HTC dans son ensemble. Cette dernière option est jugée moins probable, racheter l'intégralité des différentes activités de HTC (de la VR à la fabrication de smartphones) n'étant pas forcément pertinent pour un seul acheteur.

Google ferait partie des entreprises avec lesquelles HTC est entré en discussions. A noter qu'aucune décision finale n'a encore été prise, et que HTC pourrait décider de ne rien faire pour le moment. La possibilité d'une revente avait déjà été considérée par le passé sans que cela se fasse.

 

L'impitoyable marché des smartphones Android

HTC fait partie des constructeurs à avoir le plus souffert de l'évolution du marché des smartphones. L'entreprise fondée en 1997 a connu un âge d'or entre 2002, date de son premier contrat avec Microsoft pour la fabrication de smartphone Windows, et 2012, qui a marqué le début d'une polarisation du marché mobile entre ceux qui gagnent de l'argent (Apple, Samsung) et les autres. Au sommet de sa gloire, en 2008, HTC fut même le premier à commercialiser un téléphone sous Android. Aujourd'hui, sa part de marché est en dessous des 2%, et la valeur de son action a baissé de plus de 75% depuis 2012. Cela valorise l'entreprise à 1,9 milliard de dollars.

 

Un beau succès sur la VR, mais sans retombées économiques

Animé par un besoin urgent de diversifier ses activités, HTC a investi le marché de la réalité virtuelle haut de gamme en 2016 grâce à un partenariat avec Valve. Ce partenariat lui a permis de s'imposer face au pionnier Oculus lors de cette première année de commercialisation et de créer une marque, Vive, qui a du poids dans cette jeune industrie. HTC a également lancé un accélérateur de start-up, Vive X, ainsi qu'une plate-forme logicielle complète baptisée Viveport. Cependant, le marché est encore trop jeune pour générer des profits, et pourrait le rester pendant des années.

 

La concurrence arrive

D'autres constructeurs s'apprêtent par ailleurs à investir le marché, que ce soit LG (un autre partenaire de Valve) ou les grands constructeurs de PC (HP, Dell, Lenovo, et les taïwanais Asus et Acer) qui font alliance avec Microsoft. Quant à la Chine, marché sur lequel mise beaucoup HTC, elle voit aussi fleurir un grand nombre de constructeurs low cost. Etant donné cette future compétition, vendre aujourd'hui pourrait éviter à HTC une redite de ce qu'il a vécu avec les smartphones Android. Il pourrait bénéficier de la renommée de la marque Vive avant que celle-ci de perde de sa valeur, noyée dans une masse de concurrents.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

Beaumann
31/08/2017 19h38 - Beaumann

HTC VIVE est le casque de Vr qui avec oculus aura le plus marqué les esprits. Et la société bénéficie d'une longueur d'avance sur les concurrents florissants. De plus, HTC bénéficie du biais cognitif de première impression ("rien ne vaut ainsi l'original") La VR low-cost dédiée à la vidéo pourrait en effet évoluer plus rapidement, mais ce secteur est aussi très concurrentiel. HTC a donc intérêt à se recentrer sur le public pro (entreprises, designers, center de VR) et le public des geeks qui ne veulent pas faire de compromis sur la qualité (et possède déjà des config PC haut de gamme) Ainsi le VIVE 1 pourrait pour ces raisons être remplacé par un VIVE 2 plus rapidement que prévu ( à moins d'un rachat). Il faut aussi s'attendre à ce que dernier soit vraiment au dessus du lot techniquement. Ce qui est possible: 1. Un système sans fil (la technologie existe 2. Un Eye-tracking intégré pour augmenter : - La résolution et permettre un équivalent de 4K par oeil avec une cadence à 90HZ (4K dans la zone limitée centrale de la vision ajustée en dynamique) - Un système de simulation de la profondeur de champs - Une Ai sensible au eye-tracking 3. Des capteurs de mouvement embarqués sur le casque: Fini la limite des 25m2 la VR, ce ne sont pas que des jeux de guerre à la première personne. HTC VIVE 2 devra toucher un public de joueurs qui cherchent surtout à créer des environnement réalistes avec de l'interaction. 4. Des "manettes d'avant garde..": il existe dès à présent un faisceau de technologies qui rendent possible l'utilisation de ses mains directement en guise de périphérique. De même les secteurs de la reconnaissance faciale et du motion-capture sont très avancés. Si HTC implémente ces caractéristiques dans son prochain casque, avec pour appuie un jeu AAA de référence, la firme pourrait retourner la situation. Et le prix, ne sera que "secondaire".

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Friedrich
11/09/2017 10h09 - Friedrich

Oui c'est sûr si HTC sort un Vive 2 avec de super caractéristiques 1 an avant tout le monde, il aura probablement du succès... Mais bon ce que vous suggérez est complètement irréaliste. HTC n'a pas des capacités de R&D illimitées, et cela sera encore moins le cas si la partie VR est séparée du business smartphones (qui est énorme en comparaison). Quand au prix n'étant que secondaire, c'est complètement faux. On l'a bien vu avec l'augmentation des ventes du Rift au dernier trimestre, baisser les prix fait bondir l'adoption. Si HTC sort un Vive 2 à 1500 euros, très peu d'acheteurs seront au rendez-vous. Ca ne fait pas de différence pour le marché professionnel, mais le marché professionnel ne rapporte pas d'argent. C'est la vente de matériel EN MASSE, donc auprès du grand public, qui justifie ce type de prix "abordables". C'est pour ça que les prix sont de 600 euros aujourd'hui contre 60 000 euros il y a 10 ans. Parce que ce sont des produits pour le "mass market". Bref, m'est avis que vous racontez un peu n'importe quoi. Surtout quand vous suggérez par exemple que le Vive 2 ferait du tracking "inside out", sans capteurs externes. Pour rappel, HTC ne fait qu'utiliser la technologie que lui a donné Valve (créateur de Steam). Et cette techno est basée sur les balises Lighthouse, ce qui veut dire pas de tracking intégré au casque. Quant aux jeux AAA de référence, ils ne viendront pas d'HTC, ça c'est sûr lol. Enfin bon, on espère quand même qu'ils vont se dépétrer de leurs histoires malgré tout. Car je suis d'accord, ça reste une belle boîte et ils ont fait du bon boulot avec le Vive.

Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale