Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'Europe souhaite stimuler l'adoption de technologies dédiées à la conformité réglementaire

Les institutions financières doivent remplir de plus en plus d'obligations pour lutter contre le blanchiment d'argent, le financement du terrorisme, prévenir les fraudes... Des technologies, baptisées "RegTech", permettent d'automatiser certains de ces processus et simplifient la gestion des risques liés à la non-conformité réglementaire. L'Agence bancaire européenne souhaite booster l'adoption de ces solutions en harmonisant les règles au sein de l'UE et en améliorant la connaissance du marché. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'Europe souhaite stimuler l'adoption de technologies dédiées à la conformité réglementaire
L'Europe souhaite stimuler l'adoption de technologies dédiées à la conformité réglementaire © Helloquence / Unsplash

L'Agence bancaire européenne (EBA), chargée de réglementer et de surveiller le secteur bancaire, a rendu ce mardi 29 juin une analyse du paysage actuel des "RegTech" (Regulatory-Technology), ces technologies destinées à faciliter la gestion des risques réglementaires pour les acteurs du monde de la finance.

Ce rapport est le fruit d'enquêtes et d'entretiens avec des institutions financières, des fournisseurs de technologies et des autorités compétentes. 

Automatiser certaines obligations
Les institutions financières, en particulier les banques, sont soumises à de plus en plus d'obligations qui engendrent des procédures fastidieuses, dont certaines peuvent être automatisées grâce à la technologie telle que l'intelligence artificielle. Les cinq segments les plus fréquemment utilisés sont la lutte contre le blanchiment d'argent et contre le financement du terrorisme, la prévention de la fraude, le reporting prudentiel, la sécurité informatique et l'évaluation de la solvabilité.
 


Les institutions financières se disent très satisfaites de ces technologies et mettent en avant une gestion améliorée des risques, de meilleures capacités de surveillance ainsi qu'une réduction des erreurs humaines. Ces avantages expliquent la volonté de l'Agence bancaire européenne de stimuler l'adoption de ces solutions.

Un manque d'interopérabilité entre les solutions
Le rapport indique que la majorité des défis au développement du marché des RegTech sont des facteurs internes au sein des institutions financières et des fournisseurs de technologies. Parmi les principaux obstacles, se trouvent les problèmes liés à la qualité, la sécurité et la confidentialité des données, l'interopérabilité, un manque d'API et une connaissance trop restreinte des solutions proposées sur le marché. 

Bien qu'il ne soit pas le plus important, l'absence de normes communes dans les Etats membres constitue un obstacle à prendre en compte pour une adoption plus large de ces technologies dans l'ensemble du marché unique, note le rapport.

Harmoniser les législations nationales
Pour soutenir l'adoption de ces technologiques, l'institution européenne propose une série de mesures : harmoniser les exigences légales et réglementaires, tirer davantage parti du rôle et de l'expertise du Forum européen des facilitateurs de l'innovation (EFIF) et des bacs à sable réglementaire nationaux ou encore approfondir les connaissances et combler les lacunes en matière de compétences parmi les régulateurs et les superviseurs des RegTech.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.