Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

90% des acteurs du cloud en France restent à créer

Un appel à contribution va être lancé pour le grand projet industriel français sur le cloud computing. Objectif : recueillir toutes les idées utiles au développement à la fois de l’offre et des usages du cloud en France. L’un des points essentiels de ce projet est de créer un cadre favorable à l’émergence des futurs acteurs de cet écosystème.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

90% des acteurs du cloud en France restent à créer
90% des acteurs du cloud en France restent à créer © D.R. - Cegid

Le grand projet "Nouvelle France Industrielle" sur le cloud computing est parti. Ses deux pilotes, Thierry Breton, PDG d’Atos, et Octave Klaba, directeur général d’OVH, s’apprêtent à lancer un appel à contribution auprès de tous les experts du sujet en France. L’appel sera relayé par Fleur Pellerin, ministre délégué en charge des PME, de l’Innovation et de l’Economie numérique, en ouverture de la journée-conférence sur le cloud computing, organisée à Bercy le 9 décembre 2013. Les contributeurs ont jusqu’au 19 décembre 2013 pour remettre leur copie. Le rapport de synthèse, avec des propositions concrètes pour le développement d’un écosystème de cloud computing en France, devrait être remis au gouvernement à la mi-janvier 2014.

Identifier les actions structurantes

L’objectif de l’appel à contribution est de recueillir toutes les bonnes idées pour favoriser le développement à la fois de l’offre et des usages du cloud computing en France : mesures de confiance et sécurité à mettre en place pour lever les obstacles au décollage du marché ; cadre règlementaire et budgétaire à adapter aux usages du cloud computing dans les services de l’Etat, les collectivités territoriales et les agences publiques ;  incitations pour pousser les fournisseurs à développer une offre localisée en France ; dispositif d’aide à créer pour accompagner les start-up…  Autant de thèmes de réflexion sur la table. "Notre travail est d’identifier les actions structurantes de fond qui peuvent être mises place rapidement dans un délai de trois mois", confie Alban Schmutz, vice-président d’OVH, en charge du projet pour le compte d’Octave Klaba.

L’un des points importants du projet est de ne pas faire de distinguo entre les fournisseurs d’origine française ou étrangère. "Nous voulons entraîner tous les acteurs présents en France sur le sujet, et voir comment inciter les acteurs d’origine étrangère à développer une offre localisée sur le territoire français", explique Alban Schmutz.

Développer maintenant l’offre logicielle

Alors que le gouvernement précédent s’est préoccupé surtout du problème d’infrastructure en suscitant en 2012 la création de deux fournisseurs français, Cloudwatt et Numergy, le projet s’intéresse à tous les segments du cloud, et tout particulièrement à celui des logiciels à la demande. Les réflexions portent sur les moyens à mettre en œuvre pour accompagner les éditeurs de logiciel en France à passer d’un modèle de vente sous licence à un modèle de location en ligne. Une transition qui pose des problèmes de trésorerie puisqu’il faut passer d’un mode d’encaissement de licences confortables, payée une fois, à un mode de revenus plus faibles mais récurrents sous forme d’abonnement.

Autre axe essentiel du projet : l’accompagnement des start-up et pépites. "90% des acteurs du cloud de demain n’existent pas encore, estime Alban Schmutz. Il faut un dispositif favorable à la création et au développement de start-ups et surtout faire en sorte qu’elles ne soient pas obligées, faute de financement, de partir en Californie. Des idées et des opportunités, il y en plein en France. Il faut juste les aider pour qu’elles se concrétisent et se développent."

Ridha Loukil

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale