Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Alphabet s'empare des montres connectées Fitbit pour 2,1 milliards de dollars

Vu ailleurs Alphabet s'empare de Fitbit et met un pied dans le marché des montres connectées. La firme de Mountain View a annoncé vendredi 1er novembre avoir racheté l'entreprise américaine pour 2,1 milliards de dollars. Un rachat qui se serait fait sous le nez de Facebook qui aurait aussi été intéressé par Fitbit, selon The Information.
mis à jour le 04 novembre 2019 à 10H35
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Alphabet s'empare des montres connectées Fitbit pour 2,1 milliards de dollars
Alphabet s'empare des montres connectées Fitbit pour 2,1 milliards de dollars © Fitbit

[Mise à jour le 04/11/2019] Alphabet a annoncé vendredi 1er novembre 2019 s'être emparé du spécialiste américain des objets connectés Fitbit pour 2,1 milliards de dollars. Cette transaction devrait être finalisée en 2020 sous réserve de l'accord des autorités compétentes. Fitbit, qui a déjà vendu plus de 100 millions de montres et autres objets connectés à travers le monde, se veut rassurant sur sa politique quant à la protection des données des utilisateurs et assure ne pas revendre ces informations. C'est cependant surtout l'usage qu'en ferait Google lui-même qui soulève des inquiétudes. Ce rachat intervient alors que Facebook aurait aussi été intéressé par Fitbit, croit savoir The Information. Mais le réseau social n'aurait pas souhaité aller plus haut que la moitié de la somme déboursée par Google.

 

[Article original] Si Google a, un temps, suivi ses concurrents Apple et Samsung en lançant des smartphones, il n’a pas encore percé sur le marché des smartwatchs. Reuters a rapporté lundi 28 octobre 2019 que sa maison-mère Alphabet serait en négociation en vue du rachat de la société américaine Fitbit. Celle-ci est, à ce jour, le troisième acteur sur le créneau de la montre connectée au niveau mondial.

 

UNE OPéRATION QUI RASSURE

Les marchés semblent valider la manœuvre. Une poignée d’heures seulement après les révélations de Reuters, les actions de Fitbit ont bondi de 27 %. Celles de Google ont augmenté de 2 %. Il faut dire que l’opération est de nature à les rassurer, à l’heure où les entreprises chinoises – Huawei et Xiaomi en tête – grappillent peu à peu les parts du spécialiste des montres connectées. Se voir adosser un géant tel que Google pourrait permettre d’asseoir son activité dans le temps. D’autant plus que les produits de ces entreprises sont complémentaires, la firme de Mountain View ayant tout à construire dans le domaine.

 

Google accélère sur les wearables

Calories brûlées, nombre de pas, durée de sommeil… Les capteurs de l’Américain permettent de suivre l’activité physique et physiologique de l’utilisateur. Fitbit a largement contribué à l’avènement de ce type d’appareils, se liant au gré des opportunités aux assureurs intéressés par le marché de la santé. Les données récoltées tout au long de ces années constitueraient d’ailleurs la plus grande richesse de l’entreprise, selon des analystes. Mettre la main sur une telle activité représente une occasion unique pour Google de rattraper la concurrence, dont les "wearables" constituent aujourd’hui l’un des principaux relais de croissance – lors de la publication des résultats d’Apple fin juillet, Tim Cook a mis en évidence "l’accélération de la croissance des objets connectés à porter".

 

La filiale d’Alphabet a déjà fait parler d’elle sur le créneau de la montre connectée ces derniers mois. Elle avait déboursé quelque 40 millions d’euros en janvier pour acquérir une partie des équipes de R&D et de la technologie développée par le fabricant d’accessoires Fossil. Une première étape de sa conquête pour lui permettre de consolider son système d’exploitation dédié, WearOS. En septembre, nos confrères de Business Insider ont, par ailleurs, révélé que la multinationale aurait renoncé à lancer de premières montres conçues en interne en 2016 – alors revendues au Coréen LG. Un choix de cohérence non seulement pour ne pas déstabiliser la gamme Pixel, bien identifiée du consommateur, mais aussi s’assurer de la qualité d'un futur produit et s'épargner une mauvaise publicité.

 

Alphabet dévoile des résultats en demi-teinte

Ils sont plutôt décevants. Les résultats de la maison-mère de Google, annoncés lundi 28 octobre 2019, font état d’un bénéfice en recul de 23 % sur le troisième trimestre de cette année (7 milliards de dollars, contre 9 sur la même période l’an passé). Le chiffre d’affaires total progresse logiquement de 20 %, porté par les bons revenus publicitaires de la plate-forme de visionnage de vidéos en ligne YouTube.

 

Le potentiel rachat de Fitbit par Alphabet s’inscrira dans le cadre d’une diversification de ses activités visant à consolider ses bénéfices. Plutôt que de partir de zéro dans l’IoT, le géant du Web devrait opter pour une stratégie d’acquisitions multiples. Par ailleurs, de très lourds investissements sont également réalisés dans le domaine du cloud computing. Google a fort à faire pour rattraper la concurrence d’AWS (Amazon Web Services) et de Microsoft Azure. Preuve de sa position dominante, la firme de Redmond vient de remporter un nouveau contrat d’une dizaine de millions de dollars avec le Pentagone. La marche sera donc haute pour Google.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale