Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec son nouveau hub francilien, Zalando veut draguer le marché tricolore

Zalando, le géant allemand de la mode en ligne, a inauguré son premier hub logistique français à Moissy-Cramayel, en région parisienne. A terme, celui-ci s'étendra sur 30 000 mètres carrés et emploiera 200 personnes en CDI. Objectif de la nouvelle structure : diminuer les délais de livraison dans l'Hexagone pour mieux séduire les clients français. 

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec son nouveau hub francilien, Zalando veut draguer le marché tricolore
Avec son nouveau hub francilien, Zalando veut draguer le marché tricolore © Stephane Sby Balmy

Il est loin le temps des 35 mètres carrés du petit appartement berlinois où est né, en 2008, Zalando, le champion européen de l'e-commerce. Ce jeudi 9 mars 2017, le spécialiste allemand de la mode en ligne a inauguré un hub logistique de 20 000 mètres carrés, à Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne). Une zone qui semble attirer les géants de l'e-commerce puisque la communauté d'agglomération a récemment accueilli le centre logistique de Sarenza, concurrent français de Zalando sur la vente de chaussures en ligne.

 

30 000 mètres carrés et 200 emplois en CDI

Une croissance insolente

Présent dans 14 pays en Europe, l'allemand Zalando a enregistré un chiffre d'affaires de 3,6 milliards d'euros lors de  son exercice 2016, soit une hausse annuelle de 23%. Le champion européen de la mode en ligne est aussi rentable. Sur le même exercice, son résultat avant impôt a dépassé les 210 millions d'euros, contre 107 millions d'euros un an auparavant. 

 

Exploité par Arvato, le premier hub français de Zalando s'inscrit dans le cadre de sa stratégie d'expansion à l'international. "Nous comptons quatre centres logistiques en Allemagne et avons déployé un hub en Italie. Nous avons également débuté la construction d' un centre en Pologne et avons annoncé la construction d'un autre hub en Suède", indique David Schröder, vice-président en charge de Zalando Operations.

 

Opérationnelle depuis le 1er février 2017, la nouvelle structure ne tourne pas encore à plein régime. Arvato y emploie 40 personnes et gère quelques dizaines de milliers de références. A terme, l'entrepôt devrait générer 200 emplois en CDI, "voire plus pendant les périodes de soldes", indique Emeric Crepin, CEO Arvato France SCM Solutions. Le volume d'articles de mode devrait quant à lui atteindre plusieurs centaines de milliers de références. "Nous allons créer deux mezzanines au cours de l'année 2017 pour atteindre une surface totale de 30 000 mètres carrés", ajoute Lionel Mabelle, le directeur du site.

 

Réduire les délais de livraison...

Avec ce nouveau point logistique, le bébé de Rocket Internet entend améliorer son offre pour le marché français (l'un des plus importants avec l'Allemagne et le Royaume-Uni selon Delphine Mousseau, VP en charge des marchés de Zalando) en proposant des marques davantage en adéquation avec la demande locale et, surtout, en réduisant ses délais de livraison. Interrogé à plusieurs reprises sur ce point, David Schröder a fini par reconnaître que les délais actuels pour la France oscillaient entre 2 et 5 jours ouvrés, les colis étant, jusqu'à présent, envoyés depuis l'Allemagne. "Nous espérons pouvoir ramener ce délai à 1 ou 2 jours ouvrés et même proposer la livraison le jour-même pour Paris", explique le responsable des opérations.

 

Des ambitions qui contrastent avec le surprenant et très faible niveau d'automatisation du hub logistique. Du déchargement à l'envoi des commandes, en passant par le stockage, le picking et l'emballage, toutes les opérations s'effectuent manuellement. Zalando n'a pas, non plus, fait le choix de déployer des étiquettes et des lecteurs RFID pour tracer les articles à l'intérieur du bâtiment. Résultat, les opérateurs doivent scanner le code-barres unique de chaque article à la main à l'aide d'un simple PDA.

 

... Mais avec Un très faible niveau d'automatisation

Les équipes promettent une automatisation progressive des tâches en fonction des besoins, mais les investissements technologiques prévus pour les lieux semblent relativement limités. "Des convoyeurs vont être déployés pour limiter la distance que doivent parcourir les opérateurs", indique le directeur du site. "Nous opérons des sites beaucoup plus automatisés pour des clients du e-commerce en Allemagne", reconnaît Emeric Crepin d'Arvato. "Mais si avec l'automatisation on gagne en productivité, on perd aussi en flexibilité", argue-t-il. 

 

Toutefois, pour améliorer l'expérience utilisateur de ses clients français, l'Allemand ne mise pas uniquement sur les délais de livraison. "Nous voulons montrer que les achats sur Internet, ce n'est plus la galère", insiste Delphine Mousseau. A Paris, Zalando a noué un partenariat avec la start-up Stuart, que La Poste vient d'avaler, pour faciliter le renvoi de colis : plus besoin de déposer l'article dans un bureau de poste, dans un point relais, ni même dans sa boîte aux lettres, un livreur de la jeune pousse vient le récupérer directement à domicile.

 

Décomplexer le client français

Autre initiative avec le "pay later". Lancée début janvier 2017, cette fonctionnalité permet au client de commander un article en plusieurs tailles ou en plusieurs coloris, d'essayer les différentes versions et de renvoyer celles qui ne conviennent pas et de n'être facturé que pour les références conservées. "Nous voulons augmenter les taux de retour, qui sont très faibles sur le marché français par rapport à l'Allemagne (50%). Nous voulons décomplexer les consommateurs. Lorsque vous allez dans une cabine d'essayage en boutique, vous ne prenez pas qu'un article", lance Delphine Mousseau. Bien sûr, cette opération "désinhibition" n'est pas désintéressée. L'objectif en ligne de mire est d'augmenter les taux de réachats, leur fréquence et le montant du panier moyen !

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale