Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Check teste à Chambéry le premier réseau (social) de balises beacon

La start-up savoyarde Check lance une application sociale innovante permettant aux utilisateurs de Smartphones d’entrer en contact dans un même lieu de sortie. Check vise la place de leader dans l'utilisation et l'exploitation de la technologie Beacon en France.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Check teste à Chambéry le premier réseau (social) de balises beacon
Check teste à Chambéry le premier réseau (social) de balises beacon

La start-up savoyarde Check lance le 8 décembre à Chambéry (Savoie) la première application sociale développée avec la technologie connectée Beacon. Disponible sur Google Play (Android) et l’App Store (iOS), elle permet aux mobinautes d’interagir avec les personnes présentes dans un même lieu de sortie grâce à cette technologie d'ultra-géolocalisation qui fonctionne en temps réel.

 

Un réseau de 15000 balises 

Après un déploiement local chez des professionnels partenaires, Check va être déployée en Savoie. Ce serait la première étape du déploiement national de l'application par le biais du réseau AperoRestoDisco qui représente 5000 lieux de sorties connectés (bars, clubs, restaurants, salles de fitness, lieux culturels, etc.) "L’objectif est d’avoir équipé de balises beacon 1500 lieux d’ici le 31 mars et 5000 d’ici la fin de l’année 2016, annonce Kévin Crouvizier, co-fondateur de Check. Nous devons opérer un déploiement progressif car c’est une technologie jeune et qu’il nous faut trois balises par établissement. Cela fera un réseau final de 15 000 balises à faire fonctionner."

 

L'application Check a été développée à Chambéry sous le nom d'ARDX, avec une phase de beta-test menée de février à juillet 2015 entre Moscou, Chambéry et Los Angeles auprès de 6500 utilisateurs.

 

Une app Check pour les Pro

Outre l’application pour les utilisateurs, Check a aussi mis au point une application pour ses partenaires, CheckPro, qui sera un outil de gestion clé-en-main. "Nous avons développé un écosystème, qu’on appelle assistant personnel, à installer sur le mobile de nos partenaires, détaille-t-il. Cela leur permet d’établir des statistiques précises sur leur clientèle (le temps moyen passé, la fréquentation homme/femme, etc) et de communiquer directement avec leur clients : bons plans, événements, informations, etc. Avec la technologie beacon et une géolocalisation indoor précise, nos partenaires peuvent segmenter leur clientèle et lui diffuser une information pertinente et ciblée."

 

Le projet a été développé depuis février 2013, partant du constat que le public des restaurants et bars avait les yeux rivés sur… leur Smartphone. La société Check, créée par Kévin Crouvizier et Sébastien Blanc, emploie actuellement 9 personnes à plein temps. Elle a reçu le soutien d’un investisseur, le groupe d’affichage indoor NextOne, et une levée de fonds pourrait être lancée au printemps en vue d’un déploiement aux Etats-Unis.

 

Des ambitions américaines

Check va annoncer début 2016 le lancement d’une plate-forme publicitaire permettant aux éditeurs d’applications mobiles et aux annonceurs de se servir du réseau beacon de Check pour diffuser leurs propres contenus. "L’Euro 2016 va être pour nous déterminant et nous permettra de valider le business-model de la plateforme avec la hausse de fréquentation dans les bars et restaurants, prévoit-il. La technologie beacon va se développer car c’est le moyen de toucher les mobinautes de façon innovante et c’est un excellent outil de marketing de proximité."

 

La start-up savoyarde - membre de Digital Savoie qui relaie la dynamique French Tech - ambitionne de se positionner comme le leader dans l'utilisation et l'exploitation de la technologie beacon en France et prévoit de se déployer au premier trimestre 2016 aux Etats-Unis à Los Angeles où les retours à la suite du béta-test ont été positifs. "C’est la capitale de l’entertainment et ce genre d’application prendra peut-être plus vite qu’à Chambéry ou à Paris. C’est le discours de la FrenchTech, il faut penser global dès le début." Check travaillera alors avec un prestataire local dans un premier temps, dans le but d’ouvrir un bureau en Californie.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale