Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Chronotruck lève 3,5 millions d'euros pour accélérer la digitalisation du fret routier

Levée de fonds L'entreprise française Chronotruck a bouclé sa première levée de fonds, d'un montant de 3,5 millions d'euros. Elle a créé une plate-forme pour mettre en relation des transporteurs dont les camions circulent à vide et des clients qui ont des palettes à envoyer.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Chronotruck lève 3,5 millions d'euros pour accélérer la digitalisation du fret routier
Chronotruck lève 3,5 millions d'euros pour accélérer la digitalisation du fret routier © Chronotruck

Nombreuses sont les start-up qui ambitionnent de révolutionner le transport de marchandises. Etrangement, les initiatives se focalisent plutôt sur la livraison urbaine de colis et le "dernier kilomètre", qui est pourtant loin d'être le segment le plus porteur de ce gigantesque marché. Le transport de matières premières et de marchandises sur de longues distances, pour la distribution et l'industrie, représente des volumes beaucoup plus importants.

 

C'est sur ce créneau du fret routier que se positionne le français Chronotruck, créé en 2015 par trois associés, dont un professionnel du transport. Cette start-up (concurrente de Convargo et du futur service Uber Freight) a mis au point une place de marché où se rencontrent des expéditeurs et des entreprises de transport. Un algorithme permet de "matcher" l'offre et la demande en temps réel. C'est l'équivalent de ce que font manuellement des intermédiaires comme les "bourses de fret", largement utilisées par les sociétés de transport. "Notre différenc,e c'est que la commission que nous prélevons est moins importante (15 à 18% contre 24 à 25%), et que la mise en relation est directe (pas de sous-traitance en cascade) et automatique", explique Rodolphe Allard, co-fondateur et CEO de la société.

 

Chronotruck géolocalise les flottes de camions des sociétés partenaires, ce qui permet de les mettre en contact avec des clients situés à proximité de leurs trajets en temps réel. Pour des demandes non immédiates, le logiciel cible les entreprises les plus adaptées à la demande. Il fixe aussi un prix, calculé en fonction de multiples paramètres et fournit gratuitement des outils et applications pour digitaliser les processus (dématérialisation des factures et bons de livraison, suivi en temps réel des camions).

 

1 400 transporteurs sur la plate-forme

La formule séduit de plus en plus de transporteurs, qui peuvent trouver du volume d'affaires supplémentaire plus facilement, et de clients. Chronotruck revendique la place de numéro 1 français avec 1 400 transporteurs enrôlés et 500 clients actifs. "Nous sommes à 1000 palettes expédiées par semaine, 1 500 transactions par mois", indique le patron. "Nous prenons en charge des marchandises de 50 kilos à 24 tonnes, sur des distances d'un à un millier de kilomètres".

 

Ces chiffres ont convaincu des investisseurs de miser sur la start-up, qui fonctionnait jusque-là sur fonds propres. 3,5 millions d'euros ont été rassemblés auprès de Seventure Partners et de Bpifrance Financement (sous forme de prêt d'amorçage). Chronotruck veut rapidement passer de douze à une quarantaine de salariés, veut grandir en France et lancer le service en Allemagne et en Belgique d'ici 12 à 18 mois. La concurrence est rude mais "saine" pour Rodolphe Allard. "Cela va contribuer à évangéliser le marché".

 

Chronotruck ne cache pas son ambition de "commodotiser le transport", et cela passera selon ses fondateurs par l'arrivée à court terme de camions semi-autonomes. "Tous les constructeurs travaillent sur le 'platooning', la création de 'trains de camions' sur autoroutes", explique le CEO. "D'ici quatre à cinq ans, ce sera une réalité. On aura des camions qui pourront rouler 24h sur 24 et nous voulons être la plate-forme incontournable pour accompagner ce mouvement".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale