Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'entreprise de VTC Heetch teste un prix sans majoration à Nice

Et si la majoration disparaissait du prix fixé par les plates-formes de VTC ? Heetch, en partenariat avec la CFDT, va mener l'expérience du 27 juillet au 10 août 2018 à Nice. Un prix minimum plus élevé est fixé mais celui-ci ne s'envolera plus lors des pics d'affluence.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'entreprise de VTC Heetch teste un prix sans majoration à Nice
L'entreprise de VTC Heetch teste un prix sans majoration à Nice © pxhere.com/CC

Si la fin des majorations sur les plates-formes de VTC est encore loin d'arriver, Heetch mène une expérimentation tarifaire allant dans ce sens. Du 27 juillet au 10 août 2018, la plate-forme de VTC, en partenariat avec la CFDT, a décidé de supprimer les majorations sur la ville de Nice (Provence-Alpes-Côte- d'Azur) et d'imposer un prix minimum plus élevé.

Objectif de l'expérience ? Etudier les répercussions d'une telle tarification afin éventuellement de donner des pistes de réflexion au gouvernement. "L'Etat ne joue pas son rôle régulateur", affirme à L'Usine Digitale Patrick Rossi, secrétaire fédéral CFDT transport et responsable du secteur VTC. La CFDT aimerait qu'une "tarification minimum soit appliquée au niveau national pour tous les services de VTC", ajoute le syndicaliste.

 

Eviter la volatilité des prix

Durant 15 jours, les prix seront fixes à Nice et établis sur la base suivante : 3 euros auxquels sont ajoutés 1,4 euro par kilomètre et 0,3 centimes par minute. En sachant qu'un trajet ne peut pas être facturé moins de 8 euros et que Heetch prend toujours une commission de 15%. De fait, les trajets les plus courts seront facturés plus chers, mais il n'y aura plus de majorations qui peuvent faire s'envoler les prix notamment les vendredis et samedis soir.

"La volatilité des prix est très importante dans le secteur des VTC", affirme à L'Usine Digitale Teddy Pellerin, cofondateur de Heetch. Les chauffeurs peuvent réaliser des courses facturées 6 euros qui sont très peu rentables pour eux et, à côté, de grosses majorations sont appliquées sur certaines périodes très rentables pour les chauffeurs mais qui reviennent très cher aux utilisateurs. Avec un prix minimum, Heetch et la CFDT veulent "s'assurer que la rentabilité du chauffeur soit toujours bonne" tout en préservant les utilisateurs des majorations, explique Teddy Pellerin.

 

Les chauffeurs vont-ils se détourner de Heetch ?

Plusieurs risques vont être étudiés lors de cette expérience. Sur les périodes de fortes majorations, les chauffeurs peuvent se détourner de Heetch afin de gagner plus d'argent en travaillant pour des plates-formes concurrentes. Les clients manqueraient alors de chauffeurs. Mais il ne faut pas non plus que ces derniers se tournent vers des plates-formes concurrentes lors des périodes creuses durant lesquelles Heetch affiche un tarif plus élevé.

 

Pour savoir si l'expérimentation fonctionne, il faut que "les chauffeurs restent sur la plate-forme, qu'il y ait plus de trajets qu'avant et éventuellement que de nouveaux utilisateurs s'inscrivent", résume le cofondateur de Heetch. Si les résultats ne sont pas concluants, Teddy Pellerin ajoute qu'il faudra comprendre si c'est "parce que la commission n'est pas la bonne, parce que le détail du tarif n'est pas le bon ou parce que les tarifications actuelles sont nécessaires pour que le marché se structure".

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale