Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'institut B<>com reçoit le soutien du gouvernement pour accélérer la mise en place de réseaux 5G privés

B<>com, l'un des huit instituts de recherche technologique français, a reçu une enveloppe de 30 millions d'euros étalés sur sept ans pour accélérer ses recherches dans les cœurs de réseaux 5G standalone à destination des réseaux privés. Un financement qui va lui permettre de recruter 90 personnes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'institut Bcom reçoit le soutien du gouvernement pour accélérer la mise en place de réseaux 5G privés
L'institut B<>com reçoit le soutien du gouvernement pour accélérer la mise en place de réseaux 5G privés © b<>com - Fred Piea

B<>com, un institut de recherche technologique basé à Rennes en Bretagne, accélère sa R&D pour la mise en place de réseaux 5G privés. Dans ce cadre, le ministère de l'Economie et des Finances a annoncé mardi 22 décembre 2020 lui accorder 30 millions d'euros de budget sur sept ans.

Ce financement doit l'aider à embaucher entre 90 et 92 personnes (dont environ 80% à Lannion) pour renforcer ses effectifs. Des embauches principalement réalisées auprès d'anciens employés de Nokia, qui mène actuellement un plan de restructuration. Bertrand Guilbaud, directeur général de B<>com, a évoqué lors d'un entretien avec L'Usine Digitale une "réelle opportunité à saisir pour oser une stratégie technologique française dans les infrastructures de réseaux 5G privés".

Une solution indépendante des matériels utilisés
L'interconnexion massive d'objets à des fins variés et le délai de latence ultra-faible sont deux promesses de la 5G. Ces attributs seront rendus possibles par la mise en place de cœurs de réseaux 5G standalone, technologie sur laquelle planche l'institut. Beaucoup d'entreprises voudront passer sur des réseaux privés cellulaires et l'idée est de leur proposer une solution de migration souple et facile. C'est pourquoi "B<>com a une stratégie logicielle et cherche à être indépendant des matériels sur lesquels les réseaux seront déployés", précise Bertrand Guilbaud.

Les entreprises vont rencontrer d'autres obstacles, dont les coûts de déploiement et d'exploitation de ces réseaux 5G privés. L'institut veut répondre à ces problématiques avec une solution simple que les équipes internes puissent prendre en main. "Des problématiques de sécurité et de confidentialité doivent aussi être prises en compte et des tâches doivent être automatisées", ajoute Mathieu Lagrange, directeur réseaux et sécurité B<>com. Il évoque la nécessité d'intégrer des composants d'intelligence artificielle dans leurs briques logicielles pour automatiser des opérations et augmenter la robustesse des réseaux face à des attaques extérieures.

Des pilotes d'ici fin 2021
D'ici la fin de l'année 2021, B<>com souhaite déployer des pilotes et avoir de premières briques dotées de licences et commercialisées. Le but pour l'institut n'est pas d'aller directement sur le marché, mais de transférer leurs solutions vers des champions industriels français capables de les déployer à grande échelle, comme Orange, Airbus, Atos, Capgemini, Thales, Vinci, EDF et d'autres encore. Avec ce projet, B<>com se projette jusqu'en 2040 à minima. Sur la 5G, mais aussi les réseaux qui viendront la remplacer.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media