Le chinois Tsinghua Unigroup veut investir 30 milliards de dollars pour rattraper Samsung et Intel

Selon Bloomberg, le groupe chinois Tsinghua Unigroup envisage d’investir 30 milliards de dollars dans les semiconducteurs en production et acquisitions.

Objectif : devenir le numéro trois mondial du secteur et numéro deux des mémoires, derrière le coréen Samsung.

Partager
Le chinois Tsinghua Unigroup veut investir 30 milliards de dollars pour rattraper Samsung et Intel

Tsinghua Unigroup ne baisse pas les bras. Malgré l’échec de sa tentative d’entrée dans le capital de Western Digital, le groupe chinois n’enterre pas ses ambitions dans les semiconducteurs. Au contraire, il compte accélérer son offensive. Selon Bloomberg, il se prépare à lancer un vaste plan d’investissement de 30 milliards de dollars en production et acquisitions. On ignore sur combien de temps cet effort sera étalé, mais le PDG milliardaire Zhao Weiguo promet de démarrer son programme cette année avec la levée de 15 milliards de dollars auprès des pouvoirs publics chinois et investisseurs privés.

Priorité: la production de mémoires

Créé en 2003 par l’université Tsinghua de Pékin et le ministère chinois de l’éducation nationale, Tsinghua Unigroup constitue le fer de lance de l’offensive de la Chine dans les semiconducteurs. Il détient deux entreprises "fabless" locales de puces électroniques, RDA Microelectronics et Spreadtrum, présentes surtout dans les processeurs d’applications mobiles et les modems cellulaires.

Avec son plan d’investissement, le groupe chinois veut franchir une étape en entrant dans la production des puces mémoires, une grande priorité de la stratégie de la Chine dans les semiconducteurs. L’objectif de Zhao Weiguo est de générer à terme 20 milliards de dollars dans cette famille de composants, ce qui ferait de son groupe le numéro deux mondial du secteur, juste derrière le coréen Samsung, mais devant SK Hynix ou Micron Technology.

La 3e place mondiale dans le viseur

Au-delà des mémoires, l’ambition de Tsinghua Unigroup est de se hisser à la troisième place mondiale dans les semiconducteurs en 2020, place occupée aujourd’hui par le coréen SK Hynix, derrière Intel et Samsung. Avec un chiffre d’affaires de 1,7 milliard de dollars en 2015 dans les puces électroniques, le groupe chinois pointe aujourd’hui à la 38e place mondiale dans les semiconducteurs, selon les chiffres d’IC Insights.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS