Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pourquoi Altran lance son accélérateur de start-up 

Le géant français de l’ingénierie et du conseil en technologies souhaite garder un œil sur le développement des objets connectés pour l’industrie.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pourquoi Altran lance son accélérateur de start-up
Pourquoi Altran lance son accélérateur de start-up 

Les grandes entreprises se rapprochent de plus en plus des accélérateurs de start-up en les parrainant, en nouant des partenariats, voire en créant leur propre structure, à l’instar d’Orange qui a créé Orange Fab France en février dernier. Déjà très impliqué dans tout ce qui touche les nouvelles solutions connectées, Altran France ouvre à son tour son accélérateur de start-up dont le thème du premier appel à candidature est "les objets connectés au services de nos industries".

Les start-up sélectionnées dans l’accélérateur business d’Altran bénéficieront d’une mise en relation privilégiée avec les acteurs du groupe. Elles bénéficieront ainsi d’un accès favorisé au marché et d’une visibilité accrue. Une phase d’intégration est prévue pour établir les objectifs business et les lignes métiers à impliquer. Chaque start-up aura un mentor métier attitré pour établir les échanges et orientations du projet sélectionné. "Connecter ces start-up à notre réseau d’experts, nos collaborateurs, nos clients et nos partenaires enrichit notre processus d’innovation et illustre notre identité d’Innovation Makers", précise William Rozé, directeur général. 

Repérer les objets connectés pour l’industrie

Les postulants devront répondre aux caractéristiques suivantes : être des entreprises innovantes françaises de moins de 5 ans, en cours de développement ou ayant finalisé une première offre de services ou de produits, proposant des solutions innovantes complètes ou modulaires, hardware ou software.

Elles travailleront dans le recueil et le stockage de données (sécurité, fiabilité, précision, autonomie…), la communication (liaison M2M, IHM, ergonomie, sécurité,…), l’interaction avec l’écosystème (modélisation métiers-usages, apprentissage, virtualisation, interopérabilité…). Les soutenances de projets se dérouleront lors d’un grand oral qui se tiendra en Ile-de-France, mi-mars 2015.

Au vu de la profusion de start-up dans ces secteurs qui ont fait le déplacement au CES de Las Vegas, les candidats potentiels devraient être nombreux. 

Didier Ragu

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media