Quand la fronde anti-VTC profite aux sociétés... de VTC

Le 11 juin, les chauffeurs de taxi de nombreuses capitales européennes ont fait grève pour protester contre l'arrivée massive sur le marché du transport de particuliers des voitures de tourisme avec chauffeur (VTC). Un mouvement qui profite avant tout aux sociétés qui gèrent ces nouveaux services, l'américain Uber en tête.

Partager
Quand la fronde anti-VTC profite aux sociétés... de VTC
Mobilisation anti-Uber à Londres le 11 juin 2014

Dans ses bureaux de San Francisco, le PDG de la société Uber doit se réjouir de la fronde anti-VTC qui fait rage en Europe.

Les chauffeurs de taxi des plus grandes capitales européennes comme Paris, Londres, Berlin, Rome ou Madrid mènent tambour battant leur combat contre les sociétés comme la sienne qui ont popularisé et étendu les services de voitures de tourisme avec chauffeur, les VTC.

Mais en décidant de faire grève et de bloquer les déplacements de milliers de clients le 11 juin, les taxis ont obtenu l'effet inverse et offert une publicité indirecte à ceux qu'ils contestent de manière si véhémente.

record de souscription pour uber

Hier, en pleine grève, l'application mobile Uber qui permet de réserver un VTC avec son smartphone a multiplié par 8 à 10 en moyenne ses réservations. Mieux encore, la start-up a fait exploser son record de souscriptions sur un jour, avec une augmentation de 850 % par rapport à un mercredi ordinaire.

Des chiffres gargantuesques attisés par le sens affûté du marketing des dirigeants de la pépite californienne. "50% de réduction sur toutes les courses partagées" proposait ainsi, le 11 juin, Uber à ses souscripteurs français. Une offre qui flirte avec la provocation mais vite étendue à d'autres villes couvertes par le service pour profiter de ce "coup de pub" involontaire.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS