Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le rapport Thévenoud propose d’interdire les applications de géolocalisation pour les VTC

Le rapport Thévenoud, remis à Manuel Valls le 24 avril, propose d’interdire la "maraude électronique" aux véhicules de transport avec chauffeur. Les concurrents des taxis n’auraient plus le droit d’utiliser d’applications de géolocalisation. Elles permettent aujourd’hui à leurs clients de savoir quelles sont les voitures disponibles à proximité. Les taxis sont, eux en revanche, encouragés à développer ce type de systèmes.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le rapport Thévenoud propose d’interdire les applications de géolocalisation pour les VTC
Le rapport Thévenoud propose d’interdire les applications de géolocalisation pour les VTC © Henry Salomé - Wikimedia commons

Le député Thomas Thévenoud veut mettre le hola à la guerre qui oppose les taxis aux véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), considérés par les premiers comme des concurrents déloyaux. Il doit remettre un rapport au Premier ministre Manuel Valls, le 24 avril dans l’après-midi, posant de nouvelles règles pour encadrer le statut des deux professions.

Selon un résumé du rapport, cité par l’AFP, les VTC devraient être interdits de "maraude électronique". Grâce à des applications mobiles, les clients qui cherchent un VTC dans la rue peuvent aujourd’hui savoir où sont situés les véhicules les plus proches et les commander. Thomas Thévenoud recommande d’interdire l’utilisation de ces applications par les VTC.

Marraude électronique pour les taxis

Si cette mesure était effectivement appliquée, cela pénaliserait, à coup sûr, les sociétés du secteur, comme Uber, qui proposent des programmes de réservation sur mobile, basés sur un système de géolocalisation. En revanche, le député souhaite que les taxis développent ces systèmes de "maraude électronique", portés par des applications mobiles, pour moderniser la profession.

Le document pousse à ce que les VTC soient immatriculés au niveau régional "pour mieux contrôler notamment l'obligation d'assurance". Les concurrents des taxis devraient proposer, selon le texte, "une tarification claire et au forfait". Les contrôles doivent être renforcés et facilités, "avec plus de boers (policiers spécialisés) disposant de nouveaux moyens de contrôles et de sanctions plus facilement applicables", recommande également le rapport.

Bientôt une proposition de loi

Pour charger leurs clients, les VTC ne devront pas leur facturer un montant minimum. Ils n’auront pas non plus l’obligation d’attendre un certain délai entre la commande et le début de la course, comme le souhaitaient les taxis. Ces deux idées vont, pour Thomas Thévenoud, à l'encontre du principe de la liberté des prix.

Une proposition de loi devrait prochainement être déposée à l’Assemblée Nationale. Certaines idées évoquées dans le rapport Thévenoud pourraient même être adoptées à l’échelle européenne, affirme le député, cité par l’AFP.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

mm's
02/03/2015 23h02 - mm's

Les taxis dependent de la préfécture de police toute innovation technologique doit être intégré par celle-ci au sein de la profession et ne peux en aucun cas etre utilisé par certains taxis et ignorés par d'autres car il y aurait forcément une concurrence déloyale ,chose que les VTC font actuellement car ils transportent des gens sans autorisation de la préfécture (la dite licence payée très cher par les artisans taxis, rappelons qu'au passage l'Etat fait payer au nouvel acquéreur de la licence un droit de mutation) donc les VTC et uber ne font que de profiter d'un vide juridique et d'une lourdeur de l'administration française et les taxis payent bêtement leurs RSI assurances et tout ce qui s'en suit.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

zelectron
24/04/2014 20h10 - zelectron

Ce gouvernement est d'un eugénisme stupéfiant : le recul technologique va bien entendu pénaliser les clients au nom de la conservation des avantages monopolistiques des taxis attardés, c'était à eux de se bouger, ils en ont eu mille fois l'occasion...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale