Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Viva Tech] Monoprix digitalise ses vitrines grâce à sa data avec JCDecaux

JCDecaux va installer 100 écrans d'affichage digitaux sur les vitrines des magasins Monoprix. Particularité du dispositif : la programmation de l'affichage sera entièrement articulée autour de l'analyse des données transactionnelles de Monoprix et de données externes. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Monoprix digitalise ses vitrines grâce à sa data avec JCDecaux
[Viva Tech] Monoprix digitalise ses vitrines grâce à sa data avec JCDecaux © Juliette Raynal pour L'Usine Digitale

Monoprix poursuit la digitalisation de ses points de vente. Au salon Viva Technology, qui se tient du 24 au 26 mai à Paris, l'enseigne des centres-villes a officialisé un partenariat avec JCDecaux pour le déploiement, fin juin, de 100 écrans d'affichage digitaux dans 100 magasins à Paris et en Ile-de-France, puis dans un second temps à l'échelle nationale. Il s'agira d'écrans de 85 pouces et avec une résolution proche des 4K. Cinq ont d'ores et déjà été installés dans la capitale dans le cadre d'une expérimentation.

 

500 millions d'unités de données

Particularité du dispositif : celui-ci s'articule autour de la data. La programmation des affichages publicitaires sera entièrement pilotée à partir des données transactionnelles fournies par Monoprix et des données extérieures, comme les prévisions météorologiques, que JCDecaux connecte en temps réel à son système digital de diffusion.

 

"Les 100 magasins sélectionnés pour le déploiement représentent 3 millions de passages en caisse par semaine. C'est donc 3 millions de tickets dans lesquels nous allons exploiter des éléments fondamentaux pour proposer le bon data planning", explique Cyril Hucorne, en charge du data management chez JCDecaux. Parmi ces éléments : la fréquentation des magasins, les sorties de caisses en volumes et en euros, l'affinité avec les promotions ou encore le profil sectoriel des magasins et leur profil clientièle déterminé en fonction de la nature des paniers. Au total, le dispositif va s'appuyer sur 500 millions d'unités de données fournies par l'enseigne en conformité avec la nouvelle réglementation RGPD.

 

Ces données seront traitées par les technologies propriétaires de planification de campagne et de contextualisation de JCDecaux. De quoi déterminer de manière dynamique quel est le créneau horaire le plus pertinent pour un annonceur et adapter le contenu du message selon le contexte. D'un magasin à l'autre, la programmation sera donc différente. Typiquement, le dispositif permettra d'accompagner un lancement de produit ou d'inciter à l'acte d'achat en privilégiant, par exemple, une publicité de snacking entre 12h et 14h, puis à 16h. Un annonceur sur le textile, lui, aura plutôt intérêt à opter pour un créneau en fin de journée. De son côté, une marque de cosmétique pourra adapter son message en fonction de l'UV du moment, etc.

 

Pas d'investissement et des revenus supplémentaires pour Monoprix

Pour Monoprix, qui bénéficiera de 40% du temps d'affichage, cette digitalisation représente deux sources de revenus supplémentaires : le trafic en magasin généré par les messages publicitaires et l'achat d'espace par les annonceurs dont le chiffre d'affaires sera partagé avec JCDecaux, mais dont la ventilation n'a pas été communiquée. Autre avantage : l'intégralité de l'investissement (hardware, software, pilotage et maintenance opérationnelle) dont le montant n'a pas été révélé est prise en charge par le spécialiste de l'affichage urbain. Par ailleurs, ni Monoprix, ni JCDecaux ne sera soumis à la taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE) car les écrans se situent dans le magasin et non sur la voie publique.

 

Les campagnes seront lancées le 2 juillet prochain. Parmi les premiers annonceurs : L'or de Maison du café, les marques L'Oréal, Heineken, Mini ou encore Disney. Prix du ticket d'entrée : 35 000 euros nets pour sept jours sur l'ensemble des magasins Monoprix concernés. L'enseigne, elle, entend bien poursuivre sa stratégie de digitalisation, mais cette fois-ci à l'intérieur de ses magasins.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale