Le comparateur suédois PriceRunner poursuit Google pour pratiques antitrust

Le comparateur de prix PriceRunner poursuit Google devant un tribunal suédois pour avoir violé le droit de la concurrence en favorisant Google Shopping, son propre service de comparaison. Il réclame des indemnités d'un montant minimal de 2,1 milliards d'euros au titre de dommages et intérêts. 

Partager
Le comparateur suédois PriceRunner poursuit Google pour pratiques antitrust

PriceRunner, un site suédois de comparateur de prix, attaque Google devant le tribunal des brevets et du marché de Stockholm. Il lui réclame un "montant préliminaire" de 2,1 milliards d'euros pour avoir illégalement favorisé son service de comparaison des prix, Google Shopping.

"Nous cherchons bien sûr à être indemnisés pour le préjudice que Google nous a causé pendant de nombreuses années, mais voyons également ce procès comme un combat pour les consommateurs qui ont énormément souffert de la violation par Google du droit de la concurrence depuis quatorze ans et encore aujourd'hui", a déclaré Mikael Lindahl, CEO de PriceRunner, dans un communiqué.

Bruxelles condamne Google
L'entreprise suédoise appuie ses réclamations sur une décision du Tribunal de l'Union européenne, rendue en novembre 2021. Le juge y confirmait la position de la Commission européenne qui avait infligé une amende de 2,4 milliards d'euros à Google pour avoir illégalement favorisé Google Shopping par rapport aux services concurrents. Cette procédure avait été initiée par des fournisseurs de services de recherche en ligne, tels que TripAdvisor et Twenga (comparateur). Ils estimaient que leurs services étaient pénalisés dans les résultats de recherche payants et gratuits de Google.

Le Tribunal de l'Union européenne avait estimé que la firme de Mountain View avait bien évincé la concurrence en favorisant son propre comparateur de produits sur ses pages de résultats générales "par le biais d’une présentation et d’un positionnement privilégiés, tout en reléguant dans ces pages les résultats des comparateurs concurrents par le biais d’algorithmes de classement". En effet, en reléguant les résultats des comparateurs concurrents, elle avait affaibli la concurrence sur le marché européen puisque les internautes se focalisent en général sur les premiers résultats. Pour tirer cette conclusion, le juge avait également pris en compte l'importance du trafic généré par le moteur de recherche général de Google pour les comparateurs de produits ainsi que la proportion importante et le caractère non remplaçable du trafic "détourné" dans le trafic des comparateurs de produits.

Des préjudices pour les consommateurs
Or, PriceRunner considère que Google ne s'est pas conformé à la décision de l'exécutif bruxellois et continue d'abuser de sa position monopolistique. Il reprend la même argumentation que le juge européen. "Le résultat est que le trafic Internet, et donc les bénéfices, sont détournés de PriceRunner et d'autres services de comparaison de prix vers les propres services de Google", regrette l'entreprise suédoise. Elle estime que les consommateurs subissent également ce mauvais comportement : "le cabinet d'expertise Grant Thornton a établi que les prix des offres présentées dans le service de comparaison de prix de Google sont de 12 à 14% plus élevés que ceux des autres services. Pour les zones les plus populaires, les prix des vêtements et des chaussures, ils sont de 16 à 37% plus élevés".

PriceRunner prévient que les indemnités réclamées de 2,1 milliards d'euros vont augmenter durant le procès car "la violation est toujours en cours".

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS