Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Broadcom et NXP chamboulent les semiconducteurs… aux dépens de STMicroelectronics qui sort du top 10

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Le mouvement de consolidation dans les semiconducteurs bouleverse le classement des fournisseurs. Selon IC Insights, Broadcom se hisse à la troisième place mondiale et NXP à la neuvième, tandis que STMicroelectronics sort du Top 10.

Broadcom et NXP chamboulent les semiconducteurs… aux dépens de STMicroelectronics qui sort du top 10
Broadcom et NXP chamboulent les semiconducteurs… aux dépens de STMicroelectronics qui sort du top 10

C’était prévisible. Le mouvement de consolidation sans précèdent qu’a connu l’industrie des semiconducteurs en 2015 allait bouleverser le classement mondial des fournisseurs. Les chiffes du premier trimestre 2016, publiés par IC Insights, donnent l’ampleur du chambardement dans le secteur.

 

Broadcom détrône Qualcomm comme plus grande société fabless

Le nouveau Broadcom, résultat de la fusion de l’ancien Broadcom et d’Avago Technologies, se hisse à la troisième marche du podium, derrière Intel et Samsung. Il détrône ainsi le coréen SK Hynix, qui occupait cette place en 2015, et devient la plus grande société "fabless" de puces électroniques au monde, devant Qualcomm, avec un chiffre d’affaires annuel de 14,2 milliards de dollars. Selon IHS, l’ancien Broadcom pointait à la 9eme place en 2015 et Avago Technologies à la 11eme.

 

L’autre grand gagnant est NXP. Grâce à sa fusion avec Freescale, l’ancien bras armé de Philips dans les semiconducteurs est propulsé à la 9eme place mondiale, avec un chiffre d’affaires annuel de 8,9 milliards de dollars. Selon IHS, il pointait à la 15eme place en 2014, avec un revenu annuel de 5,5 milliards de dollars.

 

Pas de fusion-acquisistion chez STMicroelectronics

STMicroelectronics sort comme le grand perdant de ce bouleversement. Le groupe franco-italien qui n’a procédé à aucune fusion-acquisition, alors qu’il a subi une baisse de chiffre d’affaires de 6,8% en 2015 et de 6% au premier trimestre 2016, quitte, pour la première de son histoire, le Top 10 mondial. Il rétrograde à la 12eme place avec un chiffre d’affaires annuel de 6,4 milliards de dollars. Et c’est l’allemand Infineon Technologies, fort de l’acquisition de l’américain International Rectifier, qui reprend la 10eme place qu’il occupait en 2015.

 

Autre évolution significative : la montée irrésistible d’Apple. La firme à la pomme ne vend pas de semiconducteurs. Mais elle développe sur une base "fabless" ses propres processeurs d’application au cœur de ses iPhone et iPad. Une activité qui en fait désormais le 14eme acteur mondial des puces électroniques, juste derrière le japonais Renesas Electronics, mais devant des grands noms du secteur comme Nvidia ou AMD.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale