Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Element, la solution derrière la messagerie sécurisée de l'Etat français, lève 30 millions de dollars

Levée de fonds La société Element, éditrice d'un service de messagerie instantanée utilisé par de nombreuses institutions gouvernementales, notamment en France, a annoncé un tour de table de 30 millions de dollars. Ces fonds lui permettront de développer sa solution et toucher davantage le grand public.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Element, la solution derrière la messagerie sécurisée de l'Etat français, lève 30 millions de dollars
Element, la solution derrière la messagerie sécurisée de l'Etat français, lève 30 millions de dollars © Element.io

Element.io, la start-up à l'origine du logiciel libre de messagerie instantanée lié à la norme Matrix a annoncé, ce 27 juillet, une levée de fonds de 30 millions de dollars dans le cadre d'une série B. Celle qui entend se positionner comme un concurrent de Slack ou Signal prévoit d'utiliser ce financement pour développer de nouvelles fonctionnalités et s'étendre dans le secteur BtoB et auprès du grand public.

Ce tour de table a été mené par Protocol Labs (les créateurs de libp2p, IPFS, Filecoin et bien d'autres) et Metaplanet, le fonds d'investissement créé par Jaan Tallinn, cofondateur de Skype. Automattic et Notion ont également participé à ce financement, doublant ainsi leurs investissements existants dans Element.

Utilisé par une une dizaine d'institutions gouvernementales
Fondée en 2017, Element est d'ores et déjà utilisée par 20 millions de particuliers, d'entreprises et de gouvernements. Element se base sur le protocole à but non lucratif Matrix et laisse l'utilisateur choisir sur quel serveur se connecter et où son stocker ses messages. Le service qui propose un chiffrement de bout-en-bout est aujourd’hui disponible sous forme de système sur site ou de plateforme en cloud. Les revenus du cloud ont augmenté de 300% au cours des 12 derniers mois, a indiqué la société sans révéler le montant réel de cette augmentation.

"Au cours de ces six derniers mois, nous avons gagné en popularité sur le marché des entreprises avec le lancement de passerelles pour Slack et Teams", s'est réjouie la cofondatrice Amandine Le Pape dans un billet de blog. Element revendique parmi ses utilisateurs une dizaine d'institutions gouvernementales dont le gouvernement français. Concrètement, la Direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication de l’Etat français (DINSIC) a développé le service de messageries Tchap en s'appuyant sur les solutions technologiques Matrix et Element. Tout comme Thales qui s'est également basé sur ses solutions pour développer son service Citadel. De même, pour les services d'éducation et d'administration publique en Allemagne et BWI qui fournit le système de communication utilisé par les forces armées allemandes.

Un avenir prometteur
"La pandémie, les réactions aux changements de la politique de confidentialité de WhatsApp, et le fait que même les régulateurs réalisent maintenant à quel point ces monopoles de plateforme sont malsains" ont exacerbé le besoin de moyens de communication décentralisés et sécurisés au cours des 18 derniers mois. "Nous sommes sur le point de voir Element exploser de manière incontrôlée sur nos ordinateurs et nos téléphones, de la même manière que Netscape l'a fait autrefois au début du Web, ou que le courrier électronique l'a fait sur les débuts d'Internet", a assuré la start-up.

Suite à ce financement et dans un objectif d'expansion, la start-up a profité de l'occasion pour annoncer une campagne de recrutement dans tous les domaines. En attendant, la prochaine étape pour Element sera l'ajout de fonctionnalités manquantes telles que les espaces de conversation, les threads, les messages épinglés, les messages favoris, les emoji personnalisés, etc.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.