Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Larry Page et Sergey Brin quittent Alphabet, laissant Sundar Pichai seul maître à bord

Google perd ses deux papas. Larry Page et Sergey Brin, cofondateurs du géant technologique, annoncent leur départ immédiat des postes de CEO et Président d'Alphabet, la maison-mère de Google. Il faut dire que l'impact d'Alphabet, créée en 2015 dans une volonté de décentraliser Google en externalisant certains projets (Waymo, Calico, Sidewalk Labs...), n'a jamais été très clair. C'est désormais Sundar Pichai, déjà CEO de Google, qui en sera le dirigeant.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Larry Page et Sergey Brin quittent Alphabet, laissant Sundar Pichai seul maître à bord
La silhouette de Sundar Pichai lors d'une conférence de Google en 2014. © Maurizio Pesce - CC BY 2.0 - Flickr

Larry Page et Sergey Brin tirent leur révérence. Dans une lettre publiée sur le site institutionnel de Google le 3 décembre au soir, les deux fondateurs de l'entreprise annoncent leur départ des postes de CEO et Président de la holding créée en 2015. C'est Sundar Pichai, déjà CEO de Google, qui endosse additionnellement ce nouveau rôle. Les cofondateurs restent cependant membres du conseil d'administration et continueront de s'entretenir régulièrement avec leur successeur.

 

L'annonce est tournée comme étant le fruit de l'évolution naturelle de l'entreprise : Google ayant désormais 21 ans, il est temps qu'elle vole de ses propres ailes, sans ses parents. C'est un peu plus compliqué en réalité. Alphabet n'est pas qu'une structure fantôme, elle regroupe bien plusieurs sociétés indépendantes : Waymo, Wing et Loon, Sidewalk Labs, Verily et Calico, X, DeepMind... Cependant Google domine complètement ces "autres paris", à tel point que peu de gens prennent la peine de faire la distinction entre Alphabet et Google. Confier la direction d'Alphabet et Google a la même personne ne fera que renforcer cette perception.

 

Malgré les témoignages de confiance de Page et Brin, tout n'est pas au beau fixe pour Alphabet/Google. Des accusations de sexisme et racisme aux clashs avec les employés sur des questions d'éthique ou de syndicalisation, la période idyllique semble révolue. Sans oublier par ailleurs les enquêtes pour abus de position dominante et pratiques anticoncurrentielles, ou les dérives de l'algorithme de YouTube (qui paradoxalement fait toujours partie de Google et pas d'Alphabet). Sundar Pichai a donc du pain sur la planche, et l'implication de cette transition est que désormais, la responsabilité lui incombera seul.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media