Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les Américains ont jusqu'au 28 février 2016 pour faire immatriculer leurs drones de loisirs

Fini de jouer ! La FAA, le gendarme des airs américain, lance le processus d'immatriculation des drones de loisirs le 21 décembre.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Les Américains ont jusqu'au 28 février 2016 pour faire immatriculer leurs drones de loisirs
Les Américains ont jusqu'au 28 février 2016 pour faire immatriculer leurs drones de loisirs © Wikimedia commons

Ce sera certainement LE cadeau de ce Noël 2015. Les drones de loisirs se vendent comme des petits pains cette année encore… de quoi craindre un embouteillage dans les airs. La Federal Aviation Administration (FAA), l'équivalent américain de la direction générale de l'Aviation civile (DGAC), prend les devants. Elle souhaite pouvoir identifier rapidement les propriétaires d'objets volants en cas d'infraction ou d'accident. Elle a ouvert ce mardi 22 décembre un site web pour que les possesseurs de drones de loisirs  enregistrent leurs appareils (qui pèsent entre 250 grammes et 25 kilos) d'ici le 19 février.

 

Un numéro par utilisateur pour tous ses drones

 

Une fois enregistré, avec son nom, son adresse mail et postale, le possesseur de drone recevra un numéro d'utilisateur qu'il devra mentionner sur chacun de ses appareils. L'enregistrement sera gratuit le premier mois, puis coûtera ensuite 5 dollars. Les récalcitrants pourront être sévèrement punis, avec des amendes allant jusqu'à 250 000 dollars (228 000 euros).

 

Ces règles ne concernent pas les drones commerciaux, pour lesquels la FAA met au point une réglementation spécifique. Elle se fait attendre, au grand dam des géants du numérique comme Amazon et Google.

 

Et en Europe ?

 

En France aussi le débat fait rage sur le nécessaire encadrement de l'usage récréatif des drones. Surtout après le survol de zones sensibles par des appareils, ces derniers mois.

 

 

Relire notre dossier
"Face aux drones intrusifs, la défense s'organise"

 

 

Cet automne, un rapport du SGDSN (Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale) préconisait d’immatriculer tous les drones de plus de 25 kg et d’enregistrer en ligne tous les appareils compris entre 1 et 25 kg. Il prévoyait aussi d'équiper tous les drones d'un transpondeur (un peu comme les avions) et d'une diode lumineuse  pour qu'ils soient facilement identifiés. Ces propositions pourraient aussi se retrouver dans un projet de réglementation européenne en cours d'élaboration.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media