Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Les publicités mobiles jouables arrivent en 2017, grâce à la start-up Playdigious

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vidéo La start-up Playdigious à Nancy invite les éditeurs de jeux pour mobiles à tester sa solution de publicité jouable en streaming AdTrial, en vue de son lancement commercial début 2017.

Les publicités mobiles jouables arrivent en 2017, grâce à la start-up Playdigious
Les publicités mobiles jouables arrivent en 2017, grâce à la start-up Playdigious © Philippe Boehlinger

Playdigious à Nancy vient d’inaugurer sa solution AdTrial, un concept de publicité jouable en streaming à destination des éditeurs de jeux sur mobiles. La start-up créée en 2015 teste actuellement un programme pour "early adopters" avec trois studios français et américains et recherche d’autres beta-testeurs, avec l’objectif d’un lancement commercial début 2017.

 

"Plutôt que de payer ou de regarder une vidéo promotionnelle pour un autre jeu pendant 30 à 90 secondes, nous proposons aux utilisateurs d’essayer le jeu directement dans la publicité", résume Romain Tisserand, cofondateur avec Xavier Liard. Playdigious espère ainsi augmenter de 50% le taux de transformation des publicités vidéo non-interactives.

 

L'eldorado de la pub mobile

Pour mener à bien leur projet,  ces diplômés de l’Université de technologies de Compiègne ont levé 630 000 euros en 2016 auprès du fonds d’amorçage FIRA Nord Est, de la Caisse d’Epargne, de BPI France et du business-angel Cédric Chanal. "Nous parions qu’il y aura une explosion de sociétés proposant des solutions similaires dans les deux ans à venir", prédit Xavier Liard. Selon une étude de l’institut Newzoo, les revenus générés par les jeux sur mobile vont dépasser ceux des jeux sur consoles et PC en 2016. Google devrait d’ailleurs sortir une solution semblable baptisée Trial Run Ad.

 

Les deux créateurs, qui ont également fondé le studio Dotemu, spécialisé dans le rétrogaming (revendu en 2014),  croient que leur avance va payer.  Avec 3 salariés à Nancy et 4 à Paris, ils tablent sur 1 million d’euros de chiffre d’affaires en 2017 généré pour moitié par la publicité et pour l’autre moitié par l’édition/commercialisation plus classique de jeux sur mobile.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale