Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Nouvelles puces Quark, OS pour IoT, maison-témoin… Intel met le paquet sur l’Internet des objets

Intel a présenté la nouvelle version de sa plate-forme IoT avec le lancement de nouveaux outils visant à soutenir le développement des objets connectés. Un marché sur lequel le spécialiste des semi-conducteurs compte bien se positionner comme leader. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Nouvelles puces Quark, OS pour IoT, maison-témoin… Intel met le paquet sur l’Internet des objets
Nouvelles puces Quark, OS pour IoT, maison-témoin… Intel met le paquet sur l’Internet des objets © Libre de droits

Intel l’a bien compris : avec quelque 50 milliards d’objets connectés attendus en 2020, l’Internet des objets ("IoT", pour "Internet of Things") a de l’avenir. Et alors que la concurrence s’est déjà jetée dans l’arène - à l’image de Google et de son projet Brillo - le spécialiste des semi-conducteurs ne compte pas louper le train. Mieux, la firme californienne veut “mener cette transition”, a affirmé ce mardi 3 novembre 2015 le directeur général d’Intel, Brian Krzanich. “IoT n’est qu’un mot pour moi, les objets (connectés) vont faire partie de notre vie”, a insisté le patron du spécialiste des semi-conducteurs, lors de la troisième édition de l’Intel IoT Insights, qui se tenait à San Francisco. Moins d’un an après avoir lancé sa première plate-forme IoT, Intel a donc présenté mardi ses nouveautés en matière d’objets connectés.

 

Magasin Levi’s connecté

 

Dans une ancienne usine, reconvertie en incubateur destiné au design et aux arts appliqués, celui qui se décrit comme un “fervent partisan” de l’IoT a ouvert le bal des keynotes en annonçant une nouvelle version de la plate-forme Intel IoT. L’Internet des objets ne représente pour l’instant que 4% des revenus d’Intel - soit 481 millions de dollars (439 millions d’euros) au troisième trimestre, à rapporter à un chiffre d’affaires total de 14,5 milliards de dollars. Mais la firme californienne n’ayant pas su se positionner sur le marché des smartphones et des tablettes, elle ne compte pas non plus passer à côté de ce nouveau secteur. L’Internet des objets, c’est donc le gros pari de Brian Krzanich. Et pour illustrer les possibilités que les objets connectés offrent, le patron d’Intel a débuté la conférence avec un exemple très concret : celui d’un partenariat avec une boutique Levi’s située dans l’est de San Francisco. Dans ce magasin du spécialiste du jeans, le numéro un des semi-conducteurs a placé sur chacun des articles une puce permettant un suivi en temps réel. Levi’s peut ainsi améliorer sa gestion des stocks, l’organisation de son magasin… et augmenter son chiffre d’affaires. Si Brian Krzanich n’a pas voulu avancer de chiffre, il a toutefois assuré que ce mode de suivi connecté du stock de vêtements du fabricant américain constituait une marge de progression importante pour l’entreprise basée à San Francisco. Et donc pour l’ensemble des enseignes du retail. 

 

Damer le pion à Cisco, GE ou encore IBM

 

Mais Intel ne se focalise pas uniquement ce secteur de la distribution. Santé, mode, habitations… les objets connectés sont partout. Afin de séduire les développeurs et de damer le pion à Cisco, General Electric ou encore IBM, la firme californienne a donc misé sur une solution complète et facile d’usage. Côté hardware, Intel a dévoilé de nouveaux processeurs Quark. Des microcontrôleurs que l’entreprise de Santa Clara présente comme plus résistants aux températures extrêmes, ayant une durée de vie plus importante et à la technologie - évidemment - plus avancée. “Cela ne m’intéresse pas de recevoir toutes les secondes la température de la pièce, a illustré Doug Davis, le vice-président chargé de l’IoT lors de sa keynote. Je veux un appareil qui soit capable de me prévenir en cas d’anomalie et de m’envoyer l’information.”

 

OS et suite dédiés Wind River 

 

Intel a également présenté une série d’outils proposés par sa filiale Wind River. L’entreprise dont le siège se trouve sur la petite île d’Alameda, dans la baie de san Francisco, a dévoilé la suite Helix Cloud, qui permet de développer, tester et gérer des applications destinées à l’IoT dans le cloud. Mais surtout deux systèmes d’exploitation dédiés et directement connectés à Helix Cloud : Wind River Rocket, pour les applications fonctionnant avec des microcontrôleurs 32bits (capteurs, wearables…), et Wind River Pulsar Linux, pour des applications 32 bits et 64 bits. La nouvelle plate-forme Intel IoT a d’ailleurs déjà séduit un client de taille : SAP. Le géant allemand des logiciels est la première entreprise à développer son architecture sur cette plate-forme, a annoncé fièrement Doug Davis.

 

Pas besoin d’être smart pour être connecté

 

Enfin, une fois ces technologies pensées, développées et simulées en laboratoire, Intel propose ce qu’elle a baptisé la “toute petite maison” (tiny home) pour procéder aux ultimes tests. Présentée également à San Francisco lors de l’Intel IoT Insights, cette habitation en bois d’à peine 20 mètres carrés dispose d’une cuisine, d’une salle de bain, d’un coin salon et d’un bureau. Toutes ces pièces sont équipées d’appareils connectés, qu’il s’agisse de smart objets ou d’électroménager classique. On y trouve par exemple une cafetière à filtre, que l’on peut activer à distance grâce à un dispositif aménagé permettant de connecter des objets n’étant a priori pas destinés à l’IoT. Ou un outil de reconnaissance de visage qui permet d’ouvrir la porte automatiquement aux membres de la famille et de détecter une tête inconnue. Outil qui ne fonctionnait d’ailleurs pas très bien ce mardi, la lumière du jour semblant donner du fil à retordre au logiciel de reconnaissance. “Ca fonctionnait pourtant très bien en laboratoire”, assure l’hôtesse chargée de la visite. Preuve donc, que cette petite maison peut avoir son utilité. Elle doit par ailleurs partir sous peu en tournée chez les partenaires d’Intel aux Etats-Unis.

La Tiny Smart Home d'Intel :

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale