Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Philips accuse Fitbit et Garmin de lui avoir volé certaines technologies de sa montre connectée

Philips accuse Fitbit et Garmin d'avoir violé ses droits de propriété intellectuelle dans le domaine des montres connectées, et ce alors que l'entreprise hollandaise est arrivée relativement tard sur ce marché. Elle demande le versement de dommages et intérêts et une interdiction d'importer les produits aux Etats-Unis. C'est désormais à la US International Trade Commission de faire la lumière dans cette affaire.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Philips accuse Fitbit et Garmin de lui avoir volé certaines technologies de sa montre connectée
Philips accuse Fitbit et Garmin de lui avoir volé certaines technologies de sa montre connectée © Philips

La guerre des brevets continue. Après que Sonos ait accusé Google de lui avoir volé sa technologie multiroom la semaine dernière, c'est au tour de Philips d'attaquer Fitbit – racheté par Alphabet en novembre 2019 – et Garmin.

 

La procédure a été lancée le 10 janvier 2020, lorsque la US International Trade Commission (Commission du commerce international) a accepté d'ouvrir une enquête sur les deux fabricants de montres connectées. "L'USITC rendra une décision définitive le plus tôt possible", indique l'autorité.

 

La violation de plusieurs brevets

Le géant hollandais de l'électronique estime que les appareils de Fitbit et Garmin violent plusieurs de ses brevets, notamment sur le suivi de l'activité physique, les alarmes et la détection de mouvement.

 

"Philips attend que les entreprises respectent sa propriété intellectuelle de la même manière qu'il respecte, lui, les droits de propriété intellectuelle des autres", peut-on lire dans un communiqué. Conséquence de quoi, l'entreprise demande aux deux sociétés américaines le versement de dommages et intérêts et exige l'édiction d'une interdiction d'importer.

 

Philips s'est positionné tard sur le marché

Philips affirme qu'il a tenté de négocier durant trois ans avec Fitbit et Garmin mais que les discussions auraient finalement échoué. Du côté des accusés, ces allégations seraient sans fondement. Interpellé par Reuters, Fitbit a déclaré que les déclarations de Philips étaient "sans aucun mérite" et montraient "l'incapacité à réussir" de la société sur le marché du wearable.

 

En effet, l'entreprise hollandaise s'est positionnée relativement tard sur ce segment. Sa Health watch a été commercialisée en 2016 mais elle n'a jamais réussi à réellement s'imposer face à ses concurrents, dont les deux plus gros sont Apple et Samsung. Voulant désormais axer son offre sur les vêtements intelligents, Philips a affirmé à Gizmodo qu'il avait décidé de retirer sa montre de la vente.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media