Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Projet de loi de finances 2022 : ce que le budget réserve au numérique

Le gouvernement a présenté ce mercredi son projet de loi de finances (PLF) pour 2022. Le point sur les crédits alloués aux agences spécialisées et aux investissements dans la transformation numérique.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Projet de loi de finances 2022 : ce que le budget réserve au numérique
Quelle place pour le numérique dans le PLF pour 2022 ? © Laetitia DUARTE FILET

Le gouvernement a présenté ce mercredi 22 septembre son projet de loi de finances (PLF) pour 2022 en Conseil des ministres. Que réserve-t-il au budget alloué au numérique et à l'innovation ?

Plus de moyens pour la sécurité
Le budget 2022 renforce notamment les moyens de la lutte contre les cyber-menaces. Des crédits financeront la création du service de vigilance et de protection contre les ingérences numériques étrangères (VIGINUM), instauré par décret en juillet 2021 et rattaché au secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN). Le dispositif de lutte contre la manipulation de l’information bénéficiera de 25 emplois supplémentaires. 13,1 millions d'euros seront par ailleurs alloués à la création de l'antenne rennaise de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi).

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) bénéficiera elle aussi de la création de 25 emplois supplémentaires, "eu égard à l’importance croissante de ses missions relatives à la protection des données personnelles", précise le projet de loi.

3,5 milliards d'euros pour les Investissements d'avenir
Si les crédits relatifs au plan d’investissement France 2030 ne figurent pas encore dans le texte (on attend les arbitrages, notamment sur l'intelligence artificielle et les semi-conducteurs), le PLF annonce en revanche les paiements pour les Programmes d’investissements d’avenir (PIA) pour 2022 : 1,5 milliard d'euros pour le PIA 3, et 2 milliards d'euros pour le PIA 4, lancé en 2021 avec une enveloppe totale de 20 milliards d'euros. Le PIA contribue à hauteur de 11 milliards d'euros au plan France relance.

Services publics : 12 millions d'euros pour les start-ups d'Etat
Les moyens du Fonds pour l’accélération du financement des start-up d’État (FAST), qui vise à améliorer l’efficience de l’action publique, s'élèveront à 12,1 millions d'euros, dont 300 000 euros pour le recrutement de "profils rares" dédiés à l’innovation numérique.

L’Agence nationale des titres sécurisés (ANTS) bénéficiera d’un relèvement du plafond des taxes qui lui sont affectées à hauteur de 35 millions d'euros, afin de financer des projets stratégiques tels que l'identité numérique et la refonte du système d’immatriculation des véhicules.

Transformation numérique des ministères
Parmi les ministères qui bénéficient d'un budget pour leur transformation numérique figurent la Justice, dont les crédits dédiés à l'informatique augmentent de 30% par rapport à 2021 pour atteindre 191 millions d'euros, et la Culture (+4,5 millions d'euros).

Côté ministère de la Culture, la nouvelle Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom), qui sera instituée le 1er janvier 2022 en réunissant le CSA et l'Hadopi, verra par ailleurs ses moyens augmenter de 0,9 million d'euros.